Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La pensée pèse                     La pensée pèse
Sources (*) : Un art de la pesanteur               Un art de la pesanteur
Jean-Luc Nancy - "Le poids d'une pensée, l'approche", Ed : La Phocide, 2008, p14

 

Etude d'une tete de femme (Jeno Gyarfas, 1885) -

Le poids local d'une pensée, c'est sa finitude en son concept moderne : non pas ce qui finit, mais le non-totalisable, le non-achevé, l'ouvert par où le sens excède et s'excède

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

La finitude au sens moderne n'est pas la privation du bon infini hegelien (qui serait l'assomption du rapport à soi, la résorption du sens sans reste). Ce bon infini plein et absolu suppose la négation du concept classique du fini (la finité) qui a pour essence une négation. La finitude telle que nous l'entendons n'est pas la négation du fini, mais un mode qui ne finit pas, qui n'achève pas, qui ne totalise pas. Le fini moderne se tient dans la disponibilité du singulier, de l'ouvert, dans la distinction, la contingence, l'errance. C'est ce que nous nommons l'existence.

Une pensée finie (au sens moderne) nous entraîne hors du sens, hors de la pensée. Elle est ouverte à la chose, à sa pesanteur, au sens qui excède le sens. "L'existence du moindre caillou déborde déja; si léger soit-il, il pèse déjà tout ce poids de trop".

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Nancy
NancyPensee

CI.LEI

ArtPesant

EL.LEL

U.excès

Rang = Ppensee
Genre = MR - IA