Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'oeuvre réplique                     L'oeuvre réplique
Sources (*) : Les perspectives d'Urbino               Les perspectives d'Urbino
Hubert Damisch - "L'origine de la pespective", Ed : Flammarion, 1987, p306

 

Les trois perspectives urbinates -

Les trois "Perspectives urbinates" font système, elles forment un ensemble qui manifeste une volonté de savoir et un souci de penser décidé et cohérent

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Quels que soient les points de vue sur leur datation, leur(s) auteur(s), leur destination, on admet généralement qu'un lien existe entre les trois panneaux urbinates. Ce lien n'est pas seulement nominal, il résiste, il implique qu'on ne considère pas seulement deux des panneaux mais les trois, et qu'on ne les noie pas non plus dans un ensemble plus vaste. Même s'ils n'ont pas été peints par un même artiste, en un même lieu et en une même occasion, ils ont vu le jour dans un laps de temps limité (deux ou trois décennies) et dans un milieu géographique et culturel où les informations circulaient facilement.

En quoi font-ils lien? L'hypothèse de Krautheimer selon laquelle ils correspondent aux trois scènes - tragique, comique et satyrique - de Vitruve se heurte à plusieurs objections (Baltimore pourrait être tragique, Urbino a quelques éléments comiques, mais Berlin ne peut pas du tout être considérée comme satyrique). Si on les met en série, il faut trouver une autre logique qui ne soit pas pré-établie mais déduite de la façon dont les trois oeuvres se répondent et se répliquent les unes aux autres. Il faut pour cela les voir et les décrire.

 

ELÉMENTS DE COMPARAISON :

Le sol d'Urbino est sur un seul niveau, sans dénivellation. Ceux de Baltimore et de Berlin sont sur deux et trois niveaux. Pour Baltimore le premier plan est plus bas que le second, tandis que pour Berlin c'est l'inverse. Il y a aussi des différences dans les socles des bâtiments, dans les pavements, dans les couleurs du décor. Ces éléments ne sont pas interprétables par les moyens iconographiques.

 

 

AUTRES ÉLEMENTS :

- Urbino est un espace clos avec quelques vues éloignées. Le point de fuite est à distance rapprochée. La lumière vient de la gauche, en avant du plan du tableau. L'architecture est homogène, connotée (pour l'époque) d'avant-garde. Pas de figures humaines. Inscriptions illisibles sur les bâtiments de gauche et de droite.

- Baltimore est un espace semi-ouvert, avec un point de fuite à l'arrière-plan. La lumière vient de la droite, d'un point situé en avant du tableau et à bonne hauteur. L'architecture est hétérogène, avec écart maximum entre le contemporain et l'antique. Quelques petites figures humaines, peut-être surajoutées; mais ce panneau est aussi le seul à comporter des éléments de décor figuré. C'est aussi le seul à comporter un emplacement pour l'écriture sur l'arc de triomphe, laissé vide.

- Berlin s'ouvre largement sur la mer, le point de fuite étant renvoyé à l'horizon. La lumière vient de la gauche, d'un point situé en profondeur. Architecture assez homogène, mais archaïsante (sauf le portique). Pas de figures humaines.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Damisch
SystemeOeuvre

MF.LMM

PanneauxUrbino

FL.LLF

T.habitat

Rang = Qurbina
Genre = MR - IB