Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur l'iconologie                     Sur l'iconologie
Sources (*) :              
Erwin Panofsky - "Essais d'iconologie - Les thèmes humanistes dans l'art de la Renaissance", Ed : Gallimard, 1967, pp17-23

 

Judith et Holopherne (Francisco Maffei) -

L'iconologie distingue dans chaque oeuvre d'art trois niveaux de signification : le motif (primaire), le thème (secondaire), le contenu (symbolique)

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Ce sont :

- une signification de fait, élémentaire, primaire ou naturelle, qui est le "sujet" de l'image. Elle dépend de la capacité de l'observateur à identifier l'objet et de ses réactions expressives (empathie, sensibilité). C'est l'univers des motifs artistiques, dont le dénombrement correspond à la description pré-iconographique de l'oeuvre d'art. Cet univers est parfois confondu avec la forme. Il donne lieu à l'histoire des styles.

- une signification secondaire ou conventionnelle qui ne relève pas de la perception sensible, mais de l'entendement. On rattache le motif ou la combinaison de motifs à des thèmes ou concepts. L'analyse permet d'identifier des images, des histoires ou des allégories. C'est le domaine de l'iconographie au sens strict, qui donne lieu à l'histoire des types.

- une signification intrinsèque qui est l'essence de l'image ou de l'événement. Elle dépend de l'arrière-fond culturel de l'observateur, de la mentalité de base d'une nation, d'une période ou d'une classe, au-delà de la sphère des intentions conscientes. Cette signification se manifeste par des méthodes de composition, des procédés techniques et autres éléments qui révèlent "autre chose", une valeur symbolique, une sensibilité religieuse, etc... C'est l'iconographie au sens large : une méthode d'interprétation qui procède d'une synthèse plutôt que d'une analyse.

Il est difficile de séparer ces niveaux. L'analyse des motifs suppose une familiarité avec les thèmes et les concepts. Mais les textes ne suffisent pas pour saisir les principes. Pour approcher une oeuvre d'art dans sa totalité, il faut un diagnostic sur sa place comme symptôme culturel d'une époque exprimant les tendances essentielles de l'esprit humain.

 

 

Ce tableau de Francesco Maffei (1605-1660) a été publié comme Salomé avec la tête de saint Jean-Baptiste. De quoi s'agit-il exactement?

- premier niveau (motif) : la jeune femme tient de la main droite une épée, de la main gauche un plateau portant la tête d'un homme décapité.

- deuxième niveau (thème) : s'agit-il vraiment de Salomé tenant la tête de Saint Jean Baptiste, ou de Judith et Holopherne? Salomé n'avait pas d'épée, mais Judith en avait une. Mais Judith n'avait pas de plat, elle a mis la tête dans un sac. Comment trancher? Il y a des précédents de Judith représentée avec un plateau, donc il est probable qu'il s'agit bien de Judith.

- troisième niveau : ici, il faudrait interpréter, par exemple le ricanement du témoin de la scène, à gauche, ou la tâche noire à la droite de la tête de la tueuse. Mais Panofsky, prudent, ne s'y risque pas.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Panofsky
IconoRaison

DD.LDD

T.signification

Rang = OI
Genre = IA -