Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Jean - Michel Besnier                     Jean - Michel Besnier
Sources (*) :                
Jean-Michel Besnier - "Demain les posthumains - Le futur a-t-il encore besoin de nous?", Ed : Hachette, 2009,

Demain les posthumains - Le futur a-t-il encore besoin de nous (Jean-Michel Besnier, 2009) [DLPH]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

Table

p9 : Avant-Propos

p13 : Introduction

p25 : 1. Rencontre avec le non-humain

p45 : 2. Le posthumanisme, une ascèse

p65 : 3. L'ère du cyborg

p91 : 4. La nature de l'homme augmenté

p119 : 5. Un accablant désir de machine

p141 : 6. La défaite des identités

p173 : 7. Le culte de l'émergence

p201 : Conclusion.

-------

Les frontières de l'homme sont indéterminées. Où commence la machine? L'animal? L'inerte? Où se termine la culture et où commence la nature? L'humanisme des Lumières était fondé sur la croyance en une spécificité de l'homme, que les technosciences actuelles ignorent. L'homme est formé des mêmes ingrédients que les autres composants de l'univers. S'il a une particularité, c'est d'être ouvert à tous les possibles. Les technosciences de ce siècle (NBIC = nanotechnologies - biotechnologies - informatique - sciences cognitives) menacent son identité de manière irréversible. L'humanité peut transformer la naissance, la maladie et la mort (transhumanisme), elle peut modifier son corps et améliorer ses performances. Sa liaison de plus en plus étroite à la machine change la langue et les relations humaines. Pour survivre dans son milieu, elle doit reconnaître la dignité du non-humain. On parle d'excès et de démesure, mais ce n'est que le prolongement de ce que l'homme a toujours fait. Le post-humain n'a rien de honteux ni de scandaleux : c'est le chemin par lequel doit passer un autre humanisme basé sur la non-exclusion de l'autre. En-dehors de toute conception mécaniste du monde, il faut accueillir l'inédit. Ce qui émerge est nécessairement inconnu, on ne peut pas le prévoir à l'avance.

 

 

  ----------------------------

Formulations partir de ce texte (les ttes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Maxime du post-humanisme : "Il faut préparer l'homme à accueillir l'inédit qui fera de lui un autre homme"]

[Il est possible de concevoir un autre humanisme basé sur la non-exclusion de l'autre]

La spécificité de l'homme, c'est qu'il n'a pas d'essence, ce qui l'ouvre à tous les possibles

C'est désormais la machine qui façonne la langue à son image

Les NBIC (nanotechnologies - biotechnologies - informatique - sciences cognitives) engagent l'humain dans un mouvement irréversible de désidentification

Seul un "posthumanisme" peut livrer une nouvelle échelle de valeurs en phase avec la démesure des moyens technoscientifiques que nous avons développés

La question de notre rapport au robot androïde se pose en termes de relation subjective car elle est révélatrice de la simplification de plus en plus répandue des relations humaines

On ne sait pas si Oscar Pistorius, premier cyborg du sport, peut participer aux Jeux Olympiques car il est à la fois diminué et augmenté, jetant la confusion sur l'essence de l'humain

L'humanité ne survivra qu'en se rendant méconnaissable à elle-même

Les trois principes du transhumanisme - fin de la naissance, fin de la maladie et fin de la mort - dessinent un avenir où le corps n'aura plus sa part

Dans les milieux de la haute technologie, un principe d'immaîtrise est en voie de relayer l'espoir de maîtrise qui fut jadis celui de l'homme

Avec le "cyborg" (cybernétique + organisme vivant) capable d'auto-régulation commence un processus où l'intelligence ne sera plus spécifiquement rattachée au sujet humain

Le non-humain revendique aujourd'hui une dignité ontologique que l'anthropocentrisme traditionnel lui refusait

Accuser les technosciences de démesure ou de transgression, c'est supposer que la nature est porteuse d'un ordre intangible et sacré

Si l'homme doit se perfectionner, c'est pour se montrer digne des machines qu'il a inventées

Demain les posthumains - Le futur a-t-il encore besoin de nous (Jean-Michel Besnier, 2009) [DLPH]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
BesnierParcours

B2.009

YYA.2009.Besnier.JeanMichelRang = YYA
Genre = -