Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'art ne prétend pas au vrai                     L'art ne prétend pas au vrai
Sources (*) : Régime esthétique de l'art               Régime esthétique de l'art
Jacques Rancière - "Le spectateur émancipé", Ed : La Fabrique, 2008, pp48-49

 

Street Art (Source inconnue) -

Partage du sensible

L'émancipation n'est pas un triomphe du vrai sur l'illusoire, mais un nouveau partage social et esthétique des expériences vécues inédites de tout un chacun

Partage du sensible
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La vision sociologique traditionnelle attribue l'émancipation sociale aux ouvriers et le désir de créativité individuelle aux bourgeois, grands ou petits. Mais on ne peut pas les séparer. L'émancipation sociale est aussi esthétique. Dans toutes les catégories, des expériences nouvelles de vie sont gagnées sur les anciens liens communautaires. Le régime esthétique des arts entretient un désordre des classes et des identités que la vision sociologique du monde récuse. Les individus ne sont plus enfermés dans des occupations définies, le corps travailleur est démantelé. Il faut admettre que l'individualisme de masse ne conduit à aucune harmonie communautaire, que la libération n'est pas la reconquête d'une liberté perdue, qu'elle n'est pas liée à un progrès de la connaissance ni à la chute d'une illusion. L'émancipation esthétique ne révèle aucun secret, comme pouvait le faire croire la critique marxiste.

 

 

Jacques Rancière appelle une émancipation qui ne soit pas conçue comme une promesse de savoir. Une société qui se croit séparée de sa vérité ou qui veut se guérir d'une aliénation produit indéfiniment sa propre ignorance. Elle s'emploie à déchiffrer des images trompeuses ou à démasquer des formes illusoires en espérant un dévoilement qui ne se produit jamais. Mais la société n'est pas un processus d'autodissimulation. La connaissance de l'assujettissement ne conduit pas à la libération. Le consommateur n'est pas un pauvre crétin submergé par un flot de marchandises maléfiques (comme le croient Debord ou Baudrillard), il n'est pas débordé par l'excès des images consommables. Il faut rompre avec ce paradigme, séparer la pensée critique de cette idéologie-là de l'émancipation, promouvoir une démocratie où des acteurs-spectateurs égaux sont capables de s'approprier les mots, les images et les expériences.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Ranciere
ArtCritique

GE.LGE

RanciereEsthetique

EL.LEL

PartageSensible

FM.LFF

U.libération

Rang = NK
Genre = MK - NG