Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La nature est muette                     La nature est muette
Sources (*) : L'humanisme de l'autre               L'humanisme de l'autre
Jean-Michel Besnier - "Demain les posthumains - Le futur a-t-il encore besoin de nous?", Ed : Hachette, 2009, p102

 

Le Kafmolen ˆ Knokke (Pissaro, 1894) -

Accuser les technosciences de démesure ou de transgression, c'est supposer que la nature est porteuse d'un ordre intangible et sacré

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La volonté de dépasser la nature reste, encore aujourd'hui, interprétée comme un acte de transgression. Prométhée a volé le feu aux dieux, Adam et Eve ont voulu s'emparer de la connaissance, et aujourd'hui la technique permet de fabriquer des clones ou de faire courir un Oscar Pistorius plus vite avec ses prothèses qu'un humain avec ses jambes. Mais que transgresse-t-on exactement? Un ordre que les hommes ont eux-mêmes érigé en loi. On ne pourrait profaner la nature que si on la considérait comme une altérité intangible, selon une mentalité qu'on devrait qualifier de religieuse ou de pré-moderne. Mais si l'on suppose au contraire que la nature n'est pas un être achevé ni autosuffisant, mais un réel imprévisible, alors l'horizon s'ouvre à tous les possibles. Plus rien ne peut être qualifié de monstrueux, même les pires vices ou sévices, comme a voulu le démontrer le marquis de Sade.

 

 

L'homme est homme parce qu'il s'arrache au donné naturel et qu'il ouvre ainsi l'espace de la culture et de l'histoire. Il suscite un univers de symboles qui limite le désordre, le chaos et la violence. Pour constituer ce monde d'objets stables et durables, arrachés au gaspillage, la culture doit à la fois transgresser et sacraliser la nature. Excès et limite sont inséparables. Il n'y a pas de Grand Partage entre la nature et la culture : ils ont toujours été intriqués. Nous n'avons d'autre choix que de vivre avec nos techniques, qui ne sont pas extérieures à la nature, mais en font partie.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Besnier
ProNature

CO.LIO

HumanismeAutre

EM.LEM

U_transgression

Rang = PN
Genre = MR - IB