Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Posthumanisme : vers un autre homme                     Posthumanisme : vers un autre homme
Sources (*) :              
Jean-Michel Besnier - "Demain les posthumains - Le futur a-t-il encore besoin de nous?", Ed : Hachette, 2009, pp92-93

 

Oscar Pistorius -

On ne sait pas si Oscar Pistorius, premier cyborg du sport, peut participer aux Jeux Olympiques car il est à la fois diminué et augmenté, jetant la confusion sur l'essence de l'humain

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Cet athlète sud-africain né sans péronés a été amputé des deux jambes au-dessous du genou à l'âge de 11 mois. Handicapé physique, il a été équipé d'une prothèse en fibre de carbone. Médaille d'or aux 200 mètres lors des Jeux paralympiques d'Athènes en 2004, il a couru le 400 m en 46m34s, aussi vite que la titulaire féminine de la médaille d'or de 2004.

En 2008, il a demandé à courir "normalement" aux Jeux Olympiques de Pékin, suscitant l'embarras des "éthiciens" chargés d'examiner sa demande. Son handicap est-il un inconvénient ou un avantage? Entre-t-il dans la catégorie des infirmes, ou dans celle des posthumains? Peut-on considérer son état comme naturel, ou comme le résultat d'une dénaturation?

L'avis des éthiciens était plutôt négatif. En cas de victoire de Pistorius, ne courait-on pas le risque que d'autres athlètes se mutilent volontairement pour améliorer leurs performances? Celui des scientifiques l'était aussi. Un rapport dévoilé le 14 janvier 2008 estimait que les prothèses procuraient un avantage sur les athlètes valides. Le conseil de l’IAAF décidait en conséquence que Pistorius ne devait pas être autorisé à courir aux Jeux de Pékin ni dans les autres compétitions organisées par la Fédération internationale. Pourtant, un recours au Tribunal arbitral du sport conduisait à une décision inverse. Le 16 mai 2008, le Tribunal décidait que si Oscar Pistorius réussisait les minima, il pourrait participer aux Jeux Olympiques en individuel, le relais relevant de la décision des entraîneurs sud-africains. C'est ainsi qu'il a couru aux Jeux de Pékin et échoué pour 70 centièmes de secondes.

 

 

Oscar Pistorius, homme-prothèse (ou proto-cyborg), a obtenu le droit de faire progresser la nature. Il est allé au bout des idéaux modernes : toujours plus de performances, quelles qu'en soient les conditions. Est-ce lui qui montre l'avenir?

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Besnier
PostHumain

WO.LOS

U.sport

Rang = SPistorius
Genre = MK - NP