Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la mémoire                     Derrida, la mémoire
Sources (*) : Derrida, la garde               Derrida, la garde
Jacques Derrida - "Mémoires pour Paul de Man", Ed : Galilée, 1988, p62

 

Lecture defendue (Rene Ma gritte, 1936) -

Derrida, le nom

On ne peut séparer le nom et la mémoire, car le nom est toujours "en mémoire de", il survit d'avance à ce dont il garde la mémoire

Derrida, le nom
   
   
   
Derrida, la vie, la survie Derrida, la vie, la survie
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Il y a une magie du nom propre. Si je prononce le nom d'un mort, par exemple Paul de Man, je pense à lui, je l'appelle, je l'invoque, je désigne à travers ce nom une pensée qui dépasse la simple mémoire. C'est une expérience de désir, une hallucination, une énigme difficile à déchiffrer, qui joue de la structure même du langage, et qu'on ne peut réduire au pouvoir de rappeler des images ou des signes du passé.

Dès le vivant du mort, le nom commence à se passer de lui. Il survit en l'absence de son porteur. Chaque fois qu'il est prononcé, il porte sa mort. D'avance, il est "en mémoire de". C'est un monument, une épitaphe, un tombeau.

Le nom assure la garde de quelque chose. De quoi? Toute l'équivoque de la mémoire, c'est que le nom désigne autre chose que la chose nommée. Même quand le porteur du nom ne peut plus répondre, il ne se réduit pas à ce que je désigne par le nom. Il résiste. Le nom est contaminé par une extériorité indisponible.

Pour apprendre par coeur, il vaut mieux réciter les mots sans se référer à leur sens. La mémoire est, selon Paul de Man, une faculté mécanique. Tout ce que nous nous rappelons par coeur, tout ce qui lie la mémoire à la pensée, c'est du nom. La remémoration implique un effacement du "je", une ellipse de l'intériorité. Elle se dissocie de la présence du présent pour se projeter vers l'avenir.

 

 

Ce que désigne le doigt est énigmatique. Ce peut être le porteur du nom, sa présence ou sa voix.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaMemoire

HF.LFF

DerridaGarde

EE.LEE

DerridaNom

ED.LED

DerridaVie

JE.LJE

U.nomination

Rang = ON
Genre = MJ - NA