Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le retrait lévinassien : passivité, gratuité                     Le retrait lévinassien : passivité, gratuité
Les mots d'Emmanuel Lévinas               Les mots d'Emmanuel Lévinas
Maria Ramos - "Dans la langue d'E.L. et ses parages", Ed : Guilgal, 2009-2017, Page créée le 28 juin 2009

 

-

[Le vocabulaire lévinassien de la gratuité, du désintéressement, de la passivité ou de la paix renvoie à l'idée, inassumable et inconditionnelle, du retrait]

   
   
   
                 
                       

logolevinas

 

1. Mouvement vers l'Autre.

Evoquant l'Œuvre en général (avec un grand Œ) et peut-être aussi son oeuvre à lui, Emmanuel Lévinas, parle de liturgie de l'autre. Qu'est-ce que cette liturgie non religieuse, qui est pour lui l'éthique même? Il le dit : un mouvement vers l'Autre absolument gratuit, ne générant ni dette, ni faute, ni restitution, et qui, dans cette ingratitude absolue, ne retourne jamais au Même. Le corrélat d'une responsabilité illimitée à l'égard de l'autre est la dislocation du Même, le retrait du Soi.

Entre d'une part l'idée de l'infini, déjà en moi quoiqu'impossible à assumer, et d'autre part ma conscience, "plus passive que la passivité", le lien est indissoluble. Je ne peux pas ne pas recevoir l'autre, il vient d'un autre temps, il arrive par surprise, me traumatise et exige mon éveil. Je ne sais ni l'accueillir, ni le recueillir, ni le comprendre, ni assumer sa monstruosité; alors la pensée qui se creuse en moi pense plus qu'elle ne pense. Il faut qu'elle soit gratuite et désintéressée pour faire écho à cet autre inconnu, inaccessible. Cette dissymétrie qui me délivre de tout souci de réciprocité libère ma responsabilité.

 

2. Eschatologie.

On ne peut pas déduire l'eschatologie lévinassienne d'une démonstration philosophique en y ajoutant une téléologie ou quelques éclaircissements sur l'avenir ou la fidélité de l'être. Elle est un mouvement qui met en relation avec un surplus extérieur, infini, par-delà la totalité. En saluant l'infini, on se retire devant lui. C'est le début d'un mouvement qui ignore les évidences de la totalité : les frontières, les ennemis, la guerre. La paix ne se présente pas comme l'arrêt du conflit, mais comme l'affirmation irréductible du retrait devant l'autre, son visage, son appel.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[L'"à-Dieu de Lévinas" : saluer, sans théologie, le tout-autre, l'infini, le séparé, l'absolument extérieur]

-

En moi, l'idée de l'infini, inassumable, inenglobable, ne peut être que passivité de la conscience, plus passive que la passivité

-

Le dynamisme du désir renvoie à l'"à-Dieu", pensée désintéressée, gratuite, qui pense plus qu'elle ne pense, idée de l'infini plus ancienne que la pensée du fini

-

Le don de Lévinas au lecteur, c'est la possibilité d'être livré à une responsabilité sans limite, de s'obliger librement à la dislocation du même

-

Seule l'eschatologie de la paix messianique peut se superposer à l'ontologie de la guerre

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Levinas
LevinasEschatologie

AA.BBB

LevinasMots

ES.CHA

EJ_LevinasEschatologie

Rang = VELevinas
Genre = -