Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Une perspective qui brouille                     Une perspective qui brouille
Sources (*) : Jacques - Louis David               Jacques - Louis David
Alain Jouffroy - "Aimer David", Ed : Terrain Vague Losfeld, 1989, p49

 

La mort de Bara (David, 1794) -

En 1794, David peint Joseph Bara agonisant : jeune garçon hermaphrodite entre vie et mort, entre bien et mal, entre révolution et barbarie, il brouille toute limite

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Selon la legende, Bara, jeune soldat républicain de 13 ans, n'aurait pas voulu céder aux Vendéens. Plutôt que de leur laisser les chevaux qu'il gardait, il se serait fait tuer (version soft), ou alors il aurait refusé de crier "Vive le roi!" (version héroïque diffusée par Robespierre). Quoiqu'il en soit David, pour ce tableau de commande, n'a pas peint un héros. Il a représenté un jeune garçon seul, nu, fragile, sans uniforme ni signe distinctif. Il n'y a ni propagande ni anecdote dans ce tableau, pas d'autre indices que la cocarde tricolore qu'il serre contre son coeur, et le mince filet de sang rouge le long de son aîne. La vérité de l'image se confond avec la nudité immédiate de ce corps, comme s'il fallait renvoyer dos à dos les adversaires, les meurtriers dont on ne voit que des ombres fuyantes (vers la gauche) et le jeune révolutionnaire.

Cette position bizarre, oblique et alanguie, interdit toute idéalisation. On a voulu faire de Bara une légende; David le transforme en figure romantique qui condense et sublime toutes les contradictions. En pleine Terreur, il lui fallait se tourner vers la seule beauté (comme Girodet en 1793 avec son Endymion). A partir de l'obsession du sang qui coule, il fallait une résurrection du corps désirable. Il fallait dépasser le désespoir, toucher de nouveau l'universel. Autour de ce jeune corps, il fallait poser un vide sans horizon, dans l'attente d'un événement qui ne viendrait plus.

 

 

Ce n'est pas une destruction qui est ressentie, mais une sorte d'exaltation et de libération. Ce jeune eunuque, victime de la folie, est mystérieusement doux. C'est un hermaphrodite qui dépasse les limites des êtres, un anti-héros solitaire, sans armée autour de lui, sans décor. Il touche l'universel en un lieu inattendu, en un "point sublime" qui erre au-dessus de nos têtes.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Jouffroy
BrouillageCtp

IN.LIN

DavidJLParcours

ER.KKD

VBara

Rang = SBara
Genre = MR - IA