Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
La promesse du démiurge                     La promesse du démiurge
Sources (*) : Derrida, l'art, l'oeuvre               Derrida, l'art, l'oeuvre
Jacques Derrida - "Avances", Ed : Minuit, 1995, p22

 

Le demiurge (Maria Ramos, 2010) -

Derrida, retrait, effacement

Il arrive un moment où le Démiurge platonicien ne fait rien; c'est alors, dans ce désoeuvrement, cette destitution ou cette mort symbolique, qu'il fait oeuvre

Derrida, retrait, effacement
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

"Le temps comme temps du désœuvrement, voilà peut-être en effet la question de ce livre. Son nom l’indique, le Démiurge serait en général quelqu’un qui travaille, œuvre, opère, un artisan ou un artiste, parfois un «professionnel», un technicien, un praticien (manuel ou intellectuel). En grec, cela peut désigner un cordonner, un pâtissier, un médecin, un magistrat. Or la singularité du Démiurge platonicien selon Margel (on n’en connaît pas d’autre qui fasse cela, c’est-à-dire, à un moment donné, ne fasse rien), c’est un certain désœuvrement, la destitution fatale qui le voue à l’inaction, à la retraite et à la «mort symbolique», par impuissance à écrire le principe de conservation dans le genèse. Il ne sait pas prévenir l’imminence de la décomposition ou de l’annihilation. Comme si une pulsion de mort (un «principe interne de mort», dit Margel) était à l’œuvre dans son opus et dans son corpus. Et comme si, à l’instant même de la production poïétique du monde comme représentation, un travail de deuil auto-immun travaillait en silence contre lui-même, contre ce même principe de travail qui devrait faire de tout Démiurge un Démiurge, donc un producteur" (Jacques Derrida, Avances, préface de 1995 au tombeau du Dieu artisan, de Serge Margel, pp22-23)."

A partir d'un certain moment, le Démiurge est voué à ne rien faire. Que lui arrive-t-il? Il faut qu'il se défende contre lui-même. Une force silencieuse, en lui (auto-immune), le pousse à reconnaître sa destitution, à faire le deuil de lui-même. Il ne voulait à l'origine que du bon, sa promesse était bénéfique. Mais il n'en contrôle pas le résultat. Sa promesse, comme toute promesse, est aporétique. S'il se retire du monde, le mal peut prévaloir sur le bien et la promesse se transformer en menace. Dislocation, disjonction, désordre, peuvent advenir à tout ce qui devrait être sain et sauf. Son sacrifice entraînera alors le sacrifice des mortels (le mal radical). A l'avance, le Démiurge en souffre, d'une blessure infinie. Mais il est une autre promesse, non pas complémentaire ni supplémentaire mais indissociable de la promesse en général, qui protège contre ce mal : ne jamais vouloir anéantir le monde (p24). De sa volonté dépend le règne du monde, et la limite de son pouvoir, c'est qu'il ne peut pas y renoncer (voir sur ce point le texte de Serge Margel lui-même, p88). La promesse du Démiurge ne garantit rien, mais elle porte en elle la survie du monde.

 

 

Dans la question du désoeuvrement du Démiurge est portée, en filigrane, la question de l'oeuvrement de l'oeuvre. Ecrire, c'est promettre; mais lorsque "nous" écrivons, nous ne savons pas ce que nous promettons. D'avance, le contenu de la promesse est ruiné. Et si absolument rien ne peut la garantir, alors elle n'est pas seulement intenable, indéchiffrable, ensevelie, cryptée, comme le dit Derrida, elle est aussi désoeuvrée, effacée. Le grand danger, le danger ultime, ce serait que la promesse se retire.

"- Mais recevoir et donner lieu sans rien donner, impassiblement au-delà de toute générosité naturelle, sans dépense et sans frais, sans promettre ou se promettre quoi que ce soit, juste de recevoir et de s'effacer pour ne donner qu'à recevoir.

- Juste à recevoir au lieu de tout" (Jacques Derrida, Avances, p43).

Qui est Démiurge? Qu'est-ce que c'est? Il suffit de commencer une oeuvre pour qu'il ait déjà été écrit, avant, Il y a là Démiurge. Le démiurge n'est ni le sujet, ni l'auteur, ni l'écrivain, il est la promesse. Il y a là promesse, pourrait-on dire, paraphrasant Derrida, et cette promesse est irréversible. Même un démiurge désoeuvré, un démiurge retiré, est impuissant à retirer la promesse. C'est là, dans l'insistance de la promesse, qu'opère le vaccin du démiurge derridien. Le Derrimiurge, ce serait la limite du retrait. Même si toute l'oeuvre de Jacques Derrida était effacée, tous ses livres, tous ses propos, tous ses gestes, toutes ses archives, on n'effacerait pas la promesse qui aura été inscrite (pas plus que, par exemple, celle d'Emmanuel Lévinas).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
MargelDemiurge

DB.LDB

DerridaArt

FC.LDC

DerridaRetrait

XD.LDD

Udemiurge

Rang = VDemiurge
Genre = DET - DET