Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Lévinas, la fécondité                     Lévinas, la fécondité
Sources (*) :              
Emmanuel Lévinas - "Totalité et infini (Essai sur l'extériorité)", Ed : Livre de Poche, 1971, p299

 

Iseppo et Adriano da Porto (Veronese, 1651) -

La paternité qui engendre l'enfant est une identification de soi, mais aussi une distinction - structure impossible en logique

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Par une transcendance totale, le moi est, dans l'enfant, un autre. Le père se retrouve dans la substance et l'unicité de son fils. Il est un étranger, il est à lui, et il est aussi lui. Il est mon oeuvre, inventé ou créé, insolite et nouveau, mon projet au-delà des projets, advenu au-delà des possibles par la rencontre du féminin. L'avenir se transforme en pouvoir du sujet, possibilité de moi et de l'autre. C'est la fécondité.

La relation avec un enfant met en rapport avec l'avenir absolu ou le temps infini. Il porte la trace de la fixité du moi, mais il est indéterminé. En s'aventurant vers l'avenir, il peut aussi redire le moi, retomber sur ses pieds, river sa liberté en destin. Il continue l'histoire, mais à travers sa discontinuité. Sa jeunesse est inépuisable. Même quand elle provient de son identité même, sa substance se renouvelle.

Mon fils n'est pas seulement mon oeuvre, ni ma propriété. Ma fécondité n'est ni une cause, ni une domination. C'est une relation avec un étranger qui, tout en étant autrui, est moi. Dans "Je suis", l'être n'est plus Un, il est multiple, et cette multiplicité est une transcendance. Mon fils n'est pas moi, et cependant je suis mon fils. Quant au fils, de son côté, il est libre. Sa relation à l'égard du père est rupture, reniement, recommencement, et aussi recours. Ces relations paradoxales dépassent le biologique : elles sont dialectiques et ontologiques. Le fils reprend l'unicité du père, et demeure extérieur au père.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Levinas
LevinasFecond

GE.LGE

Uenfant

Rang = PEnfant
Genre = MR - IA