Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Tiqoun = réparation                     Tiqoun = réparation
Sources (*) : Les étincelles de hasard               Les étincelles de hasard
Marc-Alain Ouaknin - "Tsimtsoum, Introduction à la méditation hébraïque", Ed : Albin Michel, 1992, pp61-2

 

Jeunes hassidim ukrainiens (Mukacevo, 1935-38) -

En se donnant pour mission de rassembler les étincelles de sainteté éparpillées à travers le monde, le hassidisme déconstruit la langue et introduit le désir dans les mots

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Les hassidim criaient en priant, ils s'agitaient, frappaient les murs et recherchaient l'extase. Ils racontaient des histoires abracadabrantes et chantaient des airs populaires. Pour eux, l'étincelle de sainteté n'était pas une abstraction, mais une oeuvre personnelle, individuelle. C'est cette personnalisation des étincelles qui caractérise le hassidisme. L'homme sort du magma collectif, il devient un sujet qui doit rechercher les liens tirés de la racine de son âme. Dans l'étude des textes, dans la responsabilité, dans tous les domaines de la vie, partout où il se trouve, il doit regarder le monde avec un regard neuf. Les choses s'ouvrent à la fécondité et à la créativité.

L'action hassidique est une éthique de la parole. La parole instituée, considérée comme morte, est rejetée. L'interprétation par un lecteur vivant, impliqué dans sa lecture, prend le pas sur la répétition. Le dire est mis en mouvement contre le déjà-dit. Le mot est éclaté en lettres. Avec les espaces, les intervalles, les blancs, les distances, c'est le désir qui est introduit. La parole balbutie. Par le rire, la danse et le jeu, elle est brisée comme le son d'un chofar. Le discours clos est mis en échec.

---

On sait peu de choses du Baal Chem Tov (Becht ou Bacht), fondateur du hassidisme. Né vers 1690 ou 1700 en Podolie, où il a vécu, il est mort en 1760. Né pauvre, orphelin très jeune, il a été aide-instituteur, a voyagé comme d'autres "justes errants" et a subsisté plusieurs années en extrayant de l'argile que sa femme vendait en ville, avant de réapparaître comme maître spirituel.

 

 

Le mot hassidisme vient de l'hébreu hassid, qu'on peut traduire par "pieux, dévot". Le hassid est porteur du hessed : un lien spontané, juridique et moral entre les hommes. Le hassidisme un mouvement populaire qui s'est développé parmi les masses juives de Pologne et de Russie dans les années 1700-1750. Rejetant un judaïsme statique et figé, réhabilitant l'imaginaire, le rêve, la quête mystique et la joie collective, il s'est appuyé sur une vulgarisation de la Cabale de Louria, pour exprimer une aspiration à la transcendance, au dépassement, à la perfectibilité. Dans une période d'incertitude et de profond renouvellement, il s'est fait porteur d'un espoir de rédemption (tiqoun), un espoir messianique qui n'attendait pas le salut d'un homme, mais des actes de chaque individu.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Ouaknin
RepTiqoun

PE.LPE

SemencesAdam

KS.LKS

XHassidisme

Rang = WXHassidisme
Genre = MK - NP