Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le mahloqet, controverse talmudique                     Le mahloqet, controverse talmudique
Sources (*) : Talmud, tora               Talmud, tora
Marc-Alain Ouaknin - "Tsimtsoum, Introduction à la méditation hébraïque", Ed : Albin Michel, 1992, p110

 

-

Marc - Alain Ouaknin

[La controverse talmudique (mahloqet) est une dialectique ouverte qui ne s'apaise jamais, ni dans un "Nous", ni dans un système, une synthèse, un savoir ou l'institution d'un dire]

Marc - Alain Ouaknin
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La plupart des sujets abordés dans le Talmud le sont sous forme de dialogues. Ce sont des polémiques dans lesquelles la conciliation n'est pas recherchée. Les sages donnent chacun leur opinion, mais ne concluent pas. La dialectique ne se déploie pas de question en réponse, mais de question en question. La pensée reste double, aucun troisième terme ne vient supprimer la contradiction. Les paroles des uns et des autres sont paroles du Dieu vivant, dit le talmud. La vérité est vivante, la pensée se déploie en pensant. Aucun savoir ne vient rassembler la multiplicité. Chaque maître est ébranlé, déstabilisé. Son savoir est mis en échec, débordé. En l'absence de réponse préétablie, le lieu des questions reste vide afin que d'autres questions, imprévues, puissent s'y loger.

Deux principes d'intertextualité font éclater le texte : la controverse entre personnes (mahloqet), et l'éclatement des phrases en mots et en lettres (guezéra chava). Ce double éclatement garantit que la question par laquelle le talmud commence ne sera jamais refermée.

Dans la dialectique ouverte, l'esprit s'ouvre à l'altérité. Le dialogue n'est pas un simple échange d'idées, mais questions-réponses, dans une expérience où la question et la réponse n'évoluent pas dans la même sphère. L'interlocuteur n'a pas pour rôle de mettre en valeur celui qui parle (comme chez Platon). La pensée se scinde réellement. Entre les maîtres qui discutent s'ouvre un néant. C'est une dialectique transcendante où l'Autre-homme est vraiment Autre.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Le premier mot du talmud est une question sur le temps : Meemataï?

-

Pour produire des sens nouveaux, il faut restreindre son savoir

-

Dans la sagesse occidentale, c'est la réponse qui compte, tandis que dans la hokhma (sagesse talmudique), c'est la question

-

Entre deux maîtres qui discutent, il y a un néant

-

Le mahloqet procède de l'espace vide, qui est le lieu originaire de toutes les questions

-

Toute parole, toute pensée talmudique est double, car si les maîtres formaient une unité, il n'y aurait pas de place pour la création du monde

-

Deux principes de dialogue font du talmud une anti-idéologie : le mahloqèt (controverse - entre les personnes) et la guezéra chava (intertextualité - entre les mots)

-

La mahloqet (controverse talmudique) est un dialogue ouvert, sans synthèse ni conciliation, qui ébranle la quiétude de toute vérité

-

L'écoute juive n'est pas celle du dialogue, car elle s'abstient de répliquer

-

La lecture hébraïque (guezéra chava) n'opère pas sur un texte linéaire, mais par sa mise en volume, en réseaux

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Ouaknin
OuakninMahloqet

AA.BBB

HebTalmudTora

LD.LLD

OuakninCheminements

JD.LLD

LXM_OuakninMahloqet

Rang = XT
Genre = -