Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La promesse du démiurge                     La promesse du démiurge
Sources (*) :              
Serge Margel - "Le Tombeau du Dieu artisan", Ed : Minuit, 1995, pp184 et 191

 

L'ame planant au-dessus du corps (William Blake, 1806) -

Pour réaliser la promesse que le Démiurge a engagée envers le monde et se substituer à son pouvoir mimétique, le corps doit mourir et l'âme être délivrée

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans le Timée de Platon, la mort est paradoxale. Elle fait périr le corps (biologie), et en même temps délivre l'âme, qui devient immortelle (cosmologie). Ainsi la promesse du Démiurge peut-elle se réaliser. Après la mort, l'âme contribuera à représenter le corps du monde. A la place d'une économie de la conservation du monde (le corps de chair) vient une économie de la restitution des âmes. Le Démiurge a laissé ce corps se consumer, il l'a sacrifié comme son propre corps, mais en contrepartie le cosmos reçoit un autre genre d'aliment, une nourriture céleste : une pensée qui contribue à maintenir une ressemblance entre la représentation démiurgique du monde, le modèle idéal et le monde sublunaire - entre le monde comme ciel étoilé et le devenir irréductible du temps.

C'est ainsi que l'âme humaine devient la nourriture privilégiée des dieux immortels. Par le cycle des métempsycoses, elle garantit le lien mimétique des représentations et devient le substitut des promesses du Démiurge. Elle s'engage à sa place à rendre raison du monde (logos), à le préserver. En s'élevant à la philosophie, l'âme prend sur elle les responsabilités du Démiurge envers le monde. Mais inversement, en cas d'erreur ou d'obscurcissement, l'âme pourrait entraîner le Démiurge dans la mort.

L'âme planant au-dessus du corps, selon William Blake (1806).

 

 

Le tombeau du Démiurge est un sanctuaire, le lieu d'une attente infinie. Si l'âme humaine ne peut philosopher qu'en s'exposant à la mort, le Démiurge, ayant cédé à l'homme la venue et la formation du concept, ne peut qu'agoniser indéfiniment.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Margel
MargelDemiurge

GE.LGE

Vame

Rang = Vame
Genre = MR - IA