Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le mahloqet, controverse talmudique                     Le mahloqet, controverse talmudique
Sources (*) :              
Marc-Alain Ouaknin - "Le livre brûlé, Lire le talmud", Ed : Seuil-Lieu commun, 1994, p134

 

Un dialogue sans synthese (Valentin Servanne, 2010) -

La mahloqet (controverse talmudique) est un dialogue ouvert, sans synthèse ni conciliation, qui ébranle la quiétude de toute vérité

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le texte du talmud prend généralement la forme d'une controverse : Hillel contre Chamaï, Rav contre Chmouel, Rav Houna contre Rav Hisda, etc... Cette structure se retrouve dans l'ambiance désordonnée d'un yeshiva (école talmudique) où tous le monde parle en même temps. Les élèves s'interpellent, se questionnent et se répondent, sans jamais aboutir à une position de compromis car la question et la réponse n'évoluent pas dans la même sphère de pensée. La question n'attend pas de réponse qui supprimerait son ouverture. Les paroles des uns et des autres sont hétérogènes, et ne convergent pas vers le Même.

Le talmudiste ne dit jamais "Nous". Il n'a pas non plus le droit de dire "Le talmud dit...", car s'il existe une opinion dans le talmud, il en existe aussi une autre qui dit le contraire. Cette "pensée pensante" déjoue autant la satisfaction que le savoir. Elle ne prête pas au com-prendre, au saisissable. L'interlocuteur n'a pas pour rôle de mettre en valeur celui qui parle, il est vraiment Autre.

Dans son combat contre la "pensée pensée" (la mort de la pensée), elle est vivante. On peut décomposer le mot Mahloqèt en "M-hlq-t", où le mot mort (M-t = Mèt) ne peut pas se constituer, car la dualité qui sépare les deux lettres l'en empêche.

 

 

La vérité (Emet) ne peut pas se posséder, car elle est plurielle. Elle fait éclater la structure immanente de la pensée synthétique. Si l'étude se fait à plusieurs, c'est parce que les consciences sont multiples et ne se rencontrent pas dans une synthèse finale.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Ouaknin
OuakninMahloqet

HE.LHE

XMahloqetDialogue

Rang = XTalmudMahloqet
Genre = DET - DET