Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
La guématria : donner à penser                     La guématria : donner à penser
Sources (*) : Marc - Alain Ouaknin               Marc - Alain Ouaknin
Marc-Alain Ouaknin - "Lire aux éclats, Eloge de la caresse", Ed : Quai Voltaire, 1989, p53

 

-

[Dans la tradition hébraïque, pour qu'il y ait guématria , il ne suffit pas de faire correspondre des chiffres et des lettres, il faut en plus un commentaire qui donne à penser]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

La Guématria est une méthode de chiffrage des lettres hébraïques selon une correspondance simple dont le détail est indiqué sur cette page. Elle conduit à donner une valeur numérique aux mots. Quand deux mots ont la même valeur, ou des valeurs équivalentes par addition ou soustraction, on peut les associer sémantiquement (analogie sémantique, en hébreu guezéra chava).

Par exemple dans le nom Itshaq, le grand commentateur Rachi ne lit pas seulement le sens du mot (il rira), mais les épreuves d'Abraham, sa naissance et sa circoncision. Dans la racine S-T-R, le cabaliste Aboulafia trouve la contradiction, la destruction et aussi la déconstruction.

Les possibilités sémantiques de la guématria sont illimitées. Elle ne contient aucun critère de vérité, et ne vaut que par sa productivité. N'importe qui peut s'en servir, qu'il soit cabaliste ou non, juif, athée, chrétien ou autre : ce qu'il dit n'est pas une révélation, c'est sa parole, dans laquelle on trouve parfois une ouverture ou un hidouch. Les lettres peuvent s'ouvrir, créer des nouveaux sens et associer les contraires (galout/gueoula). Mais souvent les lettres restent fermées (Lilith).

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[Sur les lettres hébraïques]

-

Yits'haq (Isaac), le premier rire de la bible, introduit l'espacement dans la chose

-

Le tserouf d'Aboulafia (mystique de la permutation des lettres) repose sur une logique messianique de la déconstruction

-

Les lettres sont des écorces qui contiennent les étincelles de lumière primordiale; celles qu'on ne peut pas ouvrir s'appellent : Lilith

-

[Elicha ben Abouya (A'her, l'autre, le rabbin hérétique), penseur de l'étrangeté, introduit le rire au coeur de la pensée hébraïque]

-

La même racine hébraïque "gal" signifie l'exil (galout) et la rédemption (gueoula)

-

Gal (guimel - lamed), composante du Galgal, a pour valeur 33, ce qui correspond à l'âge de la mort de Jésus, qui est mort sur le Golgotha

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Ouaknin
OuakninGuematria

AA.BBB

OuakninCheminements

NG.LLG

LXU_OuakninGuematria

Rang = XGuematria
Genre = -