Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
                   
Sources (*) :              
Bernard Stiegler - "De la misère symbolique. 1. L'époque hyperindustrielle", Ed : Galilée, 2004, p51

 

Street art (Hyu ro, 2010) -

L'exploitation des objets temporels (films, musique enregistrée) par l'industrie culturelle soumet les consciences à une énorme machine de synchronisation

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Un objet temporel a la même structure temporelle que la conscience. Un film se déroule dans la même durée que la conscience qui le voit. Il s'écoule, il passe. Au fur et à mesure qu'il apparaît, il disparaît, comme chacun d'entre nous, entre la naissance et la mort. On ne peut jamais revenir en arrière : ce qui est passé ne revient pas. Quand on lit un texte, un a un contrôle sur son déroulement (on peut revenir en arrière), mais quand on voit un film, on n'en a aucun.

Aujourd'hui, une énorme partie de l'activité industrielle consiste à produire des objets temporels : une émission de télévision ou de radio, une chanson, une publicité. La conscience s'enlace à ces objets, elle en adopte le temps. C'est ce qui permet aux industries culturelles de vendre aussi du dentifrice, du soda, des chaussures ou des automobiles. La synchronisation des consciences fait de l'esprit une matière première. Il faut susciter du dégoût pour le vieux et le démodé, donner envie du neuf, motiver le consommateur.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Stiegler

UTemps

Rang = WSynchro
Genre = MK - NG