Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, ses livres                     Derrida, ses livres
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "Un ver à soie - Points de vue piqués sur l'autre voile", Ed : Larousse, 1997,

"Un ver à soie - Points de vue piqués sur l'autre voile", in Contretemps 2-3 "Voiles" (Jacques Derrida, 1997) [UVAS]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Table

Voici le sommaire du numéro de la revue Contretemps où cet article, écrit en 1995, a été publié en 1997.

p4 : En termes à peine voilés, par René Major

p19 : Savoir, par Hélène Cixous

p52 : Un ver à soi, par Jacques Derrida

p62 : Embarquements, par Mireille Calle-Gruber

p76 : Comment peut-on être Personne, par Anne-Emmanuelle Berger

p98 : Le voile de l'Islam, par Fethi Benslama

p112 : Les voiles de mon enfance, par Ghania Hammadou

p120 : Mue, par Hamida Aït El Hadj

p124 : Léonard de Vinci, les études de draperie, par Françoise Viatte

p134 : Le secret de Kant, par Geoffrey Bennington

p140 : Hymens, par François Rouan

p146 : Exécutions de Baubo, par Claude Gandelman

p154 : Mark Rothko, Barnett Newman et le Saint du Saint, par Georg Syamken

p164 : Et toujours, les voiles le rattrapaient, par Pascale-Anne Brault

p170 : L'envoilement, par Gérard Titus-Carmel

p178 : Yseult/Isolde - La voile noire qui flotte au dénouement, par Marie-Louise Mallet

p194 : Vivre à l'ombre, W.E.B. Du Bois et le voile de la race, par Michael Naas

p206 : Le mensonge, le mensonge parfait, par J. Hillis Miller

p216 : En quelques traits, par Philippe Arsic

p220 : Derniers souffles, par David Wills

p226 : Anamorphoses du tragique - le voile dépravé, par Pierre Ginesy

p238 : Dans les plis de l'ouvert, par Georges Didi-Huberman

------

Le texte de Jacques Derrida, Un ver à soie, a une dimension autobiographique. Il est daté et divisé en trois chapitres correspondant à un périple d'environ deux semaines en Amérique du sud : Vers Buenos-Aires (24 nov - 29 nov 1995); Santiago du Chili - Valparaiso (29 nov - 4 déc 1995); Sao Paulo (4 déc - 8 déc 1995). Sur la base des thèmes abordés (l'enfance algérienne, la langue, la circoncision, le judaïsme, le talith), on peut dire qu'il prend la suite de deux autres textes autobiographiques, eux aussi précisément datés : Circonfession (entre janvier 1989 et avril 1990), et Le monolinguisme de l'autre (23 au 25 avril 1992).

Un ver à soie juxtapose deux thématiques qui se croisent mais restent distinctes :

- qu'est-ce qu'un talith (châle de prière juif), en quoi se distingue-t-il du voile?

- que nous dit le texte d'Hélène Cixous, Savoir - qui porte sur l'opération de l'oeil qu'elle a subie pour guérir sa myopie - sur l'oeil, la vision et la question du voile?

Le point commun à ces deux thématiques est l'unicité. Une fois, une fois unique, Hélène Cixous a été opérée de l'oeil, c'est un événement réel, daté, qui conduit à l'écriture d'un texte qu'elle signe. Une fois, une fois unique, un garçon est circoncis, et le talith qui rappelle cette circoncision, lui aussi unique, commémore le don de la loi à Moïse, événement unique.

Jacques Derrida se rappelle un souvenir d'enfance, quand il cultivait des vers à soie dans une boîte à chaussure. Sans aucune intervention extérieure, ces petits animaux vivants fabriquaient du fil, jusqu'au jour - imprévisible - où le cocon se perçait. Le papillon partait sans laisser d'adresse. Plus tard, il a pris l'habitude de toucher le talith que lui avait légué son grand-père. En faisant cela, il ne cherchait pas à dévoiler quoi que ce soit. Il répétait le geste d'auto-affection qui caractérise les vers à soie.

La logique du talith n'est pas celle de la vérité, mais celle de l'unicité. Il enveloppe un seul corps pour la prière, la bénédiction, la mort. Il n'est pas tourné vers la parole, mais vers l'imprononçable, comme le parokhet. C'est ainsi qu'on en finit avec le voile.

 

 

  ----------------------------

Formulations à partir de ce texte (les têtes de chapitre sont entre crochets) :

 

[Quand, de la chrysalide d'un ver à soie, émerge un autre vivant, alors tombe le verdict, pire que la mort et valant plus que la vie même : l'oeuvre est abandonnée]

Partir sans laisser d'adresse est la bénédiction ultime : laisser l'autre survivre sans la surcharge d'un héritage, sans le poids d'un deuil

En finir avec le voile est le mouvement même du voile : il se dévoile, se réaffirme en se dérobant, et s'il en finit avec lui-même, il devient un linceul

Le talith ne cache rien, ne montre rien : il se touche, se caresse et rappelle à chacun, singulièrement, la loi

Il faut s'attendre au messie comme à l'imminence d'un verdict qui ne dévoile rien qui tienne, ne déchire aucun voile, mais invite à la diminution, au retrait, au départ, à la relève de l'autre

Un souvenir d'enfance de Jacques Derrida : le ver à soie s'auto-affecte jusqu'au moment de "véraison" unique, imprévisible, où se perce l'écorce

L'irréductible référence à l'Un sépare la logique du talith de celle du voile : (Un + n) ne se multiplie que la première fois

Le talith enveloppe un seul corps, unique, pour la prière, la bénédiction et aussi pour la mort

Le talith tient au corps comme mémoire de la circoncision

Le talith est comme le vivant : c'est la possibilité de l'auto-affection

La parokhet (voile qui séparait le "Saint" du "Saint des Saints") est une oeuvre double : vers le seuil, elle est faite par un artisan; vers le secret, elle est inventée par un artiste

"Un ver à soie - Points de vue piqués sur l'autre voile", in Contretemps 2-3 "Voiles" (Jacques Derrida, 1997) [UVAS]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sources
DerridaBiblio

1997_CONTRE

YYA.1997.Derrida.JacquesGenre = -