Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, voile, dévoilement                     Derrida, voile, dévoilement
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2016, Page créée le 26 octobre 2009 L'oeuvre ne dévoile nulle vérité

[Derrida, voile, dévoilement]

L'oeuvre ne dévoile nulle vérité
   
   
   
                 
                       

1. Une logique du dévoilement.

Jacques Derrida a beaucoup écrit sur le voile, jusqu'à la lassitude - dit-il. Pour déconstruire le lexique classique (grec), il fallait montrer qu'une vérité (a-letheia) ne pouvait se dissimuler, se dévoiler ou se révéler que sous un voile. Quand le voile cache et montre le sexe, quand il fait la nudité, la pudeur, la honte et la retenue, quand il atteste de la chose ou de son fantasme, quand il témoigne d'un aveu ou d'une plainte, se déploie la logique du "déjà-pas-encore" : ce qui est supposé déjà connu restant caché, dissimulé, pas encore révélé, il faut se contenter d'une promesse. Quand le voile se sera déchiré, aura-t-il disparu? Y aura-t-il une vérité sans voile, une chose nue enfin vue, enfin nommée? Justement pas, car c'est le voile qui dicte cette attente. Même dans l'imminence du dévoilement, il se réaffirme. A vouloir en finir avec le voile, je disparaîtrais aussi, et le voile deviendrait linceul.

Dans cette logique, le motif du voile entretient une complicité structurelle avec celui de la voix, de la parole vive en laquelle la vérité est supposée trouver son lieu idéal, authentique, son lieu propre. Mais on n'accède jamais directement au sens caché, il faut toujours une traduction, un autre voilement.

 

2. Une logique de la dissémination.

Mais quand le voile se plie, s'auto-affecte, devient tissu, textile, tresse, maille, texte, hymen, aile ou paupière, alors c'est une autre logique qui entre en scène : celle de la dissémination, ou encore la logique de l'oeuvre. En effet, après avoir parcouru toutes ces pistes, dans Un ver à soie, Jacques Derrida se demande quels chemins il peut encore emprunter. Faut-il en finir avec le voile? Peut-être pas. On trouve dans l'Ancien Testament (Ex 26:31, et Ex (26:36) un autre voile, une offrande qui instaure, entre le Saint et le Saint des Saints, une toute autre séparation.

cf : La parokhet (voile qui séparait le "Saint" du "Saint des Saints") est une oeuvre double : vers le seuil, elle est faite par un artisan; vers le secret, elle est inventée par un artiste.

Le voile du temple est double, il ne distingue pas, il ne dévoile rien. C'est un tissu qui se déploie et se diminue dans le même mouvement. Il ne renvoie pas à une vérité reproductible, mais à l'événement déclenché par la logique du (Un + n), ou plutôt les logiques où s'entrelacent celles de la parokhet, du talith et de l'oeuvre, sur un mode à la fois strict et desserré (stricture).

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Entre les motifs du voile et de la voix, il y a une complicité structurelle

-

Avec la structure du "déjà-pas-encore", la singularité s'efface (déjà) pour que se dévoile ou se révèle la vérité métaphysique (pas encore)

-

En finir avec le voile est le mouvement même du voile : il se dévoile, se réaffirme en se dérobant, et s'il en finit avec lui-même, il devient un linceul

-

L'hymen, se divisant, se rapporte à lui-même par des pliures dont rien, dans sa syntaxe, ne peut arrêter le jeu

-

La parokhet (voile qui séparait le "Saint" du "Saint des Saints") est une oeuvre double : vers le seuil, elle est faite par un artisan; vers le secret, elle est inventée par un artiste

-

L'irréductible référence à l'Un sépare la logique du talith de celle du voile : (Un + n) ne se multiplie que la première fois

-

Il faut s'attendre au messie comme à l'imminence d'un verdict qui ne dévoile rien qui tienne, ne déchire aucun voile, mais invite à la diminution, au retrait, au départ, à la relève de l'autre

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaVoile

AA.BBB

DerridaCheminements

VO.ILE

ArchiOeuvreVerite

CF.LLD

BE_DerridaVoile

Rang = zVoile
Genre = -