Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Courbet, le réalisme et son corps                     Courbet, le réalisme et son corps
Sources (*) : Courbet se montre vivant               Courbet se montre vivant
Michael Fried - "Le réalisme de Courbet, Esthétique et origines de la peinture moderne, tome 2", Ed : Gallimard, 1993, pp92-95

 

Une apres-dinee a Ornans (Gustave Courbet, 1848-49) -

L'"effet de réel" des tableaux de Courbet masque une solide construction, où circulent les rythmes et les parallèles

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Ce tableau a marqué les contemporains par son "réalisme". Mais quels sont les ressorts de cet effet de réel? Les trois personnages autour de la table sont absorbés dans l'écoute d'un air joué par le violoniste Alphonse Promayet. Chacun semble indépendant des autres, mais cette indépendance masque une composition très élaborée, qui produit entre eux un lien "rythmique". Ecouter de la musique [comme le font les jeunes auditeurs romantiques représentés dans une lithographie d'Amédée de Lemud célèbre à l'époque et qui a peut-être influencé Courbet] est une activité qui implique à la fois un lien (sonore) entre les personnages et une séparation (chacun dans ses pensées). Pour nous plonger dans l'ambiance, Courbet a abandonné les règles normatives de la perspective. Les personnages sont juxtaposés (composition additive), tout en se répondant en une sorte d'arabesque. L'inclinaison des têtes, des bras et des jambes trace des courbes, des angles, des lignes parallèles, des rimes. Les visages se succèdent dans des positions différentes : le violoniste légèrement surélevé de face, les trois hommes attablés de biais, de profil ou de dos, et aussi le bull-dog sous la chaise.

 

 

Courbet s'efforce d'affirmer la proximité. Ce ne sont pas simplement les personnages du premier plan qui sont proches de nous (Régis Courbet, le père du peintre, et Auguste Marlet, un ami de Gustave, qui nous tourne le dos en allumant sa pipe), mais aussi le pied de la chaise de Régis (qui touche le cadre), le pied de sa table (qui l'enveloppe) et le chien devant nous. Plus loin Urbain Cuenot (un autre ami) a la même dimension que les personnages du devant, tandis que la casquette à carreaux pendue sur la cheminée est elle aussi trop grande et trop proche pour que l'ensemble de la scène puisse trouver place dans le cadre.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

FriedMichael
FriedRealisme

EE.LEE

CourbetPeinture

ME.LEE

WApresdinee

Rang = WTOrnansdinee
Genre = MR - IB