Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Voir dans la durée                     Voir dans la durée
Sources (*) :              
Michael Fried - "Le réalisme de Courbet, Esthétique et origines de la peinture moderne, tome 2", Ed : Gallimard, 1993, pp113-4

 

Le Ruisseau du puits noir, vallee de la Loue (Gustave Courbet, 1855) -

Les tableaux de Courbet appellent une expérience de la durée, un acte de lecture plus proche de l'écoute que du regard

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour que les peintures de Gustave Courbet prennent leur sens, il faut du temps. De ce point de vue, son rapport au spectateur est analogue à celui de Chardin, de Millet ou des autres peintres de l'absorbement (quand le sujet dépeint, absorbé dans son action, ne semble prêter aucune attention au spectateur). Chez Courbet, la forme naît de l'informe, la lumière jaillit d'un fonds obscur. Le contenu de la représentation n'est pas visible d'un seul coup d'oeil, il ne se précise que progressivement, par un acte d'attention ou de lecture. Si l'on prend son temps, alors on peut entendre le bruit des vaguelettes sur les bords de la rivière, ou bien, dans les Casseurs de pierre., le marteau frapper sur la roche.

 

 

Il n'est pas de peinture plus lente que de Ruisseau de puits noir, dans la vallée de la Loue.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

FriedMichael
DureeEcoute

GM.LDD

WDuree

Rang = VCourbetEcoute
Genre = MR - IB