Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Par le serment, on entre dans la langue                     Par le serment, on entre dans la langue
Sources (*) : Giorgio Agamben               Giorgio Agamben
Giorgio Agamben - "Le sacrement du langage - Archéologie du serment (Homo sacer II,3)", Ed : Vrin, 2009, p46

 

-

[Le serment, appuyé sur la malédiction, représente le seuil par lequel le langage entre dans le droit et la religion]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Selon Dumézil et Benveniste, la fidélité personnelle est une institution indo-européenne très ancienne. Jouir de la confiance de quelqu'un, c'est lui inspirer confiance (position passive), mais c'est aussi lui accorder sa confiance (active). C'est s'abandonner à lui, se lier à lui, et aussi le tenir à sa merci. C'est une source d'autorité et aussi de protection, un lien très fort entre des personnes qui peut aussi s'instaurer, par exemple, entre les cités et les peuples. Pour sanctionner ce rapport, des serments solennels s'échangent. Ils forment un acte verbal dont l'objet est d'assurer la conformité entre les paroles et les actes.

Tous les serments se concluent sur une malédiction. Même si la malédiction ne s'identifie pas au serment, elle est toujours présente, associée ou non à des gestes, des rites, des imprécations ou à la promesse d'une bénédiction. Cela fait du serment une consécration : il rend sacer. En cas de parjure, on peut être exclu de la communité ou soumis au pouvoir d'une divinité vengeresse. Mais le caractère contraignant du serment découle plus de la foi que de la force.

L'ensemble foi / fidélité / serment / malédiction / sacrement apparaît comme une institution unique, archaïque, à la fois morale, religieuse, sociale et juridique.

Presque toujours, le serment appelle les dieux à témoin. Mais le témoignage divin, comme le serment divin, ne peut pas être contesté ni vérifié. Il coïncide avec l'énonciation de la formule, son invocation, l'acte de parole lui-même prononcé dans un certain contexte, et se réalise en eux. Ce qui unit d'une part les mots et les choses, d'autre part le locuteur à sa parole est le pouvoir signifiant du langage - c'est-à-dire du logos - en tant que tel. C'est un pouvoir de nomination, qui traite toute la langue comme un nom propre.

Si la parole est détachée de son contexte, si le nom de Dieu est proféré en soi, à vide, alors on n'est plus en présence d'un serment, mais d'un juron (ce que vérifie la proximité des deux mots en français, juron et jurer).

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Dans le serment, ce qui est en question est une faiblesse tenant au langage même : la capacité des mots à se référer aux choses et des hommes à se vivre comme êtres parlants

-

Un énoncé performatif est auto-référentiel : il se réfère à une réalité qu'il constitue lui-même

-

La bénédiction exprime la force positive du langage, par laquelle peut s'établir une relation juste entre les mots et les choses, et la malédiction la rupture de cette relation

-

Toute nomination, tout acte de parole est un serment où le logos jure sur la véridicité de sa parole, sur la correspondance entre les mots et les choses qui se réalise en lui

-

Le serment ne concerne pas l'énoncé comme tel, mais plutôt la confiance qu'on peut lui accorder, l'assurance de sa vérité et de sa réalisation

-

Le caractère contraignant du serment ne découle pas des dieux, appelés comme témoins, mais de la foi (fides) qui règle les relations entre les hommes

-

Le serment est l'expérience du langage dont nous ne pouvons pas douter, car elle traite toute la langue comme un nom propre - parler, c'est d'abord jurer, croire dans le nom

-

Le juron est un serment où le nom de Dieu est extrait du contexte et proféré en soi, à vide, indépendamment de tout contenu sémantique

-

Dieu est l'être en qui les paroles sont des serments - cette expérience de langage qui traite toute la langue comme un nom propre

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Agamben
AgambenSerment

AA.BBB

AgambenParcours

EG.LEG

EN_AgambenSerment

Rang = NSerment
Genre = -