Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Yhvh                     Yhvh
Sources (*) : Parler, c'est mettre en jeu l'éthique               Parler, c'est mettre en jeu l'éthique
Giorgio Agamben - "Le sacrement du langage - Archéologie du serment (Homo sacer II,3)", Ed : Vrin, 2009, p78

 

Livre des Questions tome 1, p29 (Edmond Jabes) -

Dans le monothéisme, le nom de Dieu [Yhvh] nomme le langage même

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans le polythéisme, le nom d'un dieu nomme tel ou tel événement de langage, mais dans le monothéisme, le nom de Dieu (qui s'identifie, voire se substitue, au Dieu qu'il dénomme) divinise le langage comme tel. Le verbe de Dieu est un serment. Dieu s'y révèle comme le fidèle par excellence.

Dans le judaïsme, le tétragramme [Yhvh] imprononçable, est distinct des autres noms. Il n'a pas d'étymologie connue, et ne s'applique à aucun être (Maïmonide). Avant la création du monde, lui seul existait, contrairement aux autres noms, qui sont dérivés des actions de Dieu trouvées dans l'univers. L'être de Dieu est l'être qui coïncide avec son nom. C'est l'origine métaphysique de toute langue (Scholem), qui produit et soutient le langage humain. Celui-ci n'est autre qu'une décomposition / recombinaison / déploiement des lettres composant ce nom. La tora est un tissu vivant, un lacis tissé à partir des noms de Dieu.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Agamben
HebYhvh

FE.LFE

AgambenLangue

XM.LLL

XYhvh

Rang = XYhvh$
Genre = CIT - CIT