Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Sur la fidélité                     Sur la fidélité
Sources (*) :              
Pierre-Damien Huyghe - "Modernes sans modernité- Eloge des mondes sans style", Ed : Lignes, 2009, pp39-53

 

-

[La fidélité est une relation désintéressée à une personne à laquelle on rend hommage, dans une relation d'altérité qui n'exige ni égalité, ni contrepartie]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Au Moyen-Âge, l'hommage par lequel on établissait une fidélité était à la fois un acte, un rite et une cérémonie, qu'on désignait aussi sous le nom d'aveu. En principe, il n'y avait ni négociation sur des biens, ni dévouement à une cause. L'hommage n'était pas un contrat au sens moderne, qui suppose la liberté personnelle des sujets qui contractent. C'était un rapport à l'autre, une relation dissymétrique, relative, entre éléments étrangers. Bien que tu ne sois pas comme moi, je fais avec toi. Je m'engage à répondre à un appel que je ne peux ni mesurer, ni calculer. Un sujet de droit ne s'engage dans un contrat que s'il y trouve intérêt, tandis que l'homme qui rend hommage et fait aveu de fidélité s'inscrit dans une lignée. Il ne s'éprouve ni comme soumis, ni comme servile, ni comme faible, ni comme hostile. Son rapport à l'autre est plus proche de la fraternité naïve ou de l'estime - et n'est pas sans rapport avec la pitié rousseauiste. Il ne revendique pas l'égalité, mais le respect mutuel.

Quand on s'engage personnellement, il n'y a pas de contrepartie. Faire le choix de la fidélité, c'est ignorer ce à quoi on s'expose, c'est se désintéresser de sa souveraineté. On peut y souscrire involontairement ou volontairement parce qu'on ne tient ni à négocier avec l'autre, ni à discuter avec lui. C'est une façon d'obtenir la paix.

Une renonciation de ce genre pourrait caractériser le rapport moderne à la tradition. Une oeuvre moderne se rattache à certaines traditions qui font loi, mais qui n'ont pas de contenu tangible.

-------

Dans tout pacte, dans tout contrat, dans toute relation symbolique, la fidélité est impliquée. Qu'on parle, qu'on écrive, qu'on traduise, qu'on respecte les rites (par exemple la circoncision) ou les serments - dans ces cas et dans bien d'autres, on engage une modalité de la fidélité.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Dans la modernité, le choix d'une tradition à laquelle se rattacher ne se fait pas par intérêt, mais pour rendre hommage, dans l'aveu d'une fidélité

-

L'oeuvre est cet espace encore vide de signification, dont les limites n'enserrent (pas encore) de contenu tangible, mais qui témoigne d'une fidélité à ce qui prescrit d'interrompre

-

"Apprendre à vivre", c'est respecter la loi de l'autre (promesse et fidélité) selon la triple anagramme : respect, spectre, sceptre

-

La traduction opère comme "symbolon" : elle restitue ce qui est "à traduire" sans copier ni représenter, elle fait croître le langage en le transformant et en l'ajointant

-

Par la circoncision, la mémoire d'une histoire s'inscrit dans la chair; c'est un acte de fidélité personnelle et collective

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

huyghe
HuygheFidelite

AA.BBB

HF_HuygheFidelite

Rang = Nfidele
Genre = -