Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, date et signature                     Derrida, date et signature
Sources (*) : Signer, c'est arrêter               Signer, c'est arrêter
Jacques Derrida - "Signéponge", Ed : Seuil, 1988, pp23-28

 

Photomontage + Citation -

Ponge signe pour la chose

Francis Ponge, qui s'est engagé à ne rien écrire qu'il ne puisse signer, confond son texte avec sa signature : son oeuvre est un événement chaque fois unique, irremplaçable

Ponge signe pour la chose
   
   
   
Francis Ponge Francis Ponge
Faire oeuvre ébranle la signature               Faire oeuvre ébranle la signature  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le corps immense, impressionnant, monumental, de l'oeuvre de Ponge se construit autour du rapport de la chose au nom. Quand il signe de son nom, quand il met sa marque sur un texte, c'est que nul autre n'aurait pu l'écrire. Il n'y a ni cliché, ni parole toute faite, mais pour chaque poème, pour chaque objet, une autre rhétorique. C'est ainsi qu'opère la signature : bien qu'elle soit toujours répétée (c'est la même signature, celle de Francis Ponge), elle est chaque fois unique, datée. Au bord du texte, à la fois dedans et dehors, elle le cadre, le tronque, mais elle est à chaque fois absolument propre, idiomatique.

Ponge, à l'oeuvre, s'engage en son nom propre. En faisant de sa signature un monument, une chose, une oeuvre complète d'un auteur, il l'efface, l'éponge, il la met aussi en abyme, mais sans jamais renoncer au propre, à la chose singulière. C'est ce qui le distingue du philosophe. Le philosophe qui parle par concepts et généralités ne peut pas parler en son nom. Pour Ponge, un texte qui n'arrête jamais a quelque chose de dégoûtant, alors que signer un texte, c'est trancher, couper proprement.

---

Jacques Derrida insiste pour présenter ce qu'il a à dire sur l'oeuvre de Ponge comme une simple proposition, quelque chose de limité, de modeste, d'effacé. Mais pourquoi éprouve-t-il le besoin de se justifier? Ce qu'il énonce à propos de Ponge ressemble à une thèse, une sorte de loi générale, une matrice qui s'applique à son oeuvre (celle de Ponge) dans sa totalité. Le risque de cette posture, c'est qu'il (Derrida) se retrouve dans la position du critique classique, supposé extérieur à ce qu'il observe. Il faut donc que lui aussi (Derrida) s'implique dans son texte, avec sa signature à lui, il faut que lui aussi se mette en abyme.

 

 

(Citation de Francis Ponge, Tome Premier, p190)

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaSignature

CY.LDD

OeuvreArret

DF.LFD

PongeChose

DE.LDE

PongeParcours

FF.LFF

ArchiOeuvreSignature

NQ.LLD

UPongeSignature

Rang = WSignature
Genre = MK - CIT