Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, date et signature                     Derrida, date et signature
Sources (*) : Derrida, le nom               Derrida, le nom
Jacques Derrida - "Signéponge", Ed : Seuil, 1988, p88

 

La Fabrique du Pre (Francis Ponge, 1961) -

Signer, c'est arrêter

En signant, je me donne à moi-même mon nom : c'est un vol par lequel je viole la sépulture où la signature est gardée

Signer, c'est arrêter
   
   
   
Derrida, la garde Derrida, la garde
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Signer, ce n'est pas seulement écrire son nom. C'est se désigner, s'authentifier, faire acte ou archive. Chaque fois, c'est un événement unique par lequel je me donne un nom, pour la première et la dernière fois : une naissance et une mort.

"En signant, je me donne à moi-même, chaque fois pour la première et la dernière fois, mon nom. Je me donne du moins la représentation du don de ce que je ne puis me donner. Je me donne ce que, en aucun cas, je n'aurai eu. Si bien qu'en volant une signature - ce que je fais, donc, aussi bien, chaque fois que je signe, fût-ce de mon propre nom - je brouille un acte de naissance et viole une sépulture" (Signéponge, p88).

La signature, réifiée, devient colossale, phallique. La pierre [ce lieu de monumentalisation qui est aussi un bloc magique, une surface d'inscription] la garde, elle la retient. Elle impose son sceau. Elle est un gisant sous lequel le cadavre du signataire se décompose.

Mais la signature déborde le texte : elle est à la fois au-dessus et au-dessous de la barre, dedans et dehors (p92). Le nom qui n'a jamais été présent fait partie du corpus, et le dehors est encore dans le texte.

 

 

Francis Ponge, Oeuvres complètes, Volume 2 pp516-7.

A la fin de la Fabrique du Pré, Francis Ponge s'efface comme auteur. Il se place sous la ligne, sous le pré, dans la terre. La sépulture le garde, mais en l'inscrivant, en l'incorporant dans le texte, il la viole. C'est lui-même qui se représente se donnant un nom.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaSignature

JE.LJE

DerridaNom

EM.LEM

OeuvreArret

EF.LEF

DerridaGarde

EF.LEF

USignature

Rang = NSignature
Genre = CIT - CIT