Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La loi souveraine ne prescrit rien                     La loi souveraine ne prescrit rien
Sources (*) :              
Giorgio Agamben - "Homo sacer I. Le pouvoir souverain et la vie nue", Ed : Seuil, 1997, p40

 

Fragment 169 de Pindare -

Le souverain est le point d'indifférence entre la violence et le droit, le seuil où la violence se transforme en droit et le droit en violence

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Le paradoxe de la souveraineté, c'est qu'elle appartient à la loi, mais qu'elle échappe aussi à la loi. On trouve une formulation de ce principe chez Pindare. La souveraineté du droit (nomos) est justifiée par une articulation, scandaleuse pour les Grecs, de la violence (Bia) et de la justice (Dikè). La force de la loi tient à une conjonction énigmatique des opposés. Cette règle d'indistinction est le paradigme caché qui oriente toutes les définitions ultérieures de la souveraineté. Chez Hobbes, le pouvoir absolu du souverain est justifié par une identité entre état de nature et violence. On peut dire que l'état de nature survit dans la personne du souverain, ou que le souverain incorpore l'état de nature. Dans celui-ci, le droit est en puissance, il est présupposé comme droit naturel. L'exception souveraine est le noyau le plus intime du système politique.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Agamben
LoiSouv

ED.LED

USouverain

Rang = NDSouverain
Genre = MR - CIT