Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Ban, souverain, état d'exception                     Ban, souverain, état d'exception
Sources (*) : Agamben/Derrida, héritages partagés               Agamben/Derrida, héritages partagés
Giorgio Agamben - "Homo sacer I. Le pouvoir souverain et la vie nue", Ed : Seuil, 1997, p36

 

Bateau de Moebius -

"Ban" est un mot paradoxal qui désigne à la fois 1/ l'exclusion de la communauté, et 2/ le commandement et l'enseigne du souverain

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le mot "ban" est d'origine germanique. Il désigne la puissance souveraine de la loi, quand elle s'applique en se désappliquant. En français, on trouve le mot dans abandon, mais aussi dans bannière, ou dans porter un ban. Dans les langues romanes, "mettre à bandon", "à ban donner" signifie "mettre au pouvoir de", aussi bien que "laisser en liberté". Abandonner, ce n'est pas placer en-dehors de la loi, c'est au contraire affirmer qu'il n'y a pas de hors-loi. Qui est mis au ban est abandonné, là où la vie et le droit, l'extérieur et l'intérieur se confondent.

Dans l'Antiquité germanique ou scandinave, le bandit ou le hors-la-loi occupait une position analogue à celle de l'homo sacer romain. Il était proscrit, sans jugement, hors du droit, et devenait homme-loup, loup-garou. On pouvait le tuer, et même parfois on le considérait comme déjà mort, comme appartenant à un état de nature mi-humain, mi-animal. L'homo sacer est mis à l'écart, mais il n'est pas sans lien avec le droit appliqué dans la cité, puisque c'est au nom de ce droit qu'il est exclu. Il se situe en un seuil d'indifférence, dans une ambiguité constitutive où se rejoignent l'inclusion et l'exclusion.

Mettre au ban, c'est livrer à la merci de celui qui abandonne, et c'est aussi restituer à sa propre séparation.

 

 

Le ban, c'est le pouvoir de rester en relation avec un supposé hors-relation. De même que la souveraineté s'applique à la vie en affirmant son pouvoir d'exclusion, la relation d'exception est une relation de ban.

De même que l'exil peut être un châtiment, un droit ou un asile, la nouvelle vie de l'exilé peut être celle du réfugié ou du proscrit. En tous cas le banni est plus étranger que l'étranger, il est plus rejeté que l'ennemi. En lui sont liés les deux pôles de l'exception souveraine, la vie nue et le pouvoir.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Agamben
BanSouverain

EG.LEG

AgambenDerrida

EH.LLK

U.ban

Rang = UBan
Genre = MJ - NG