Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
La loi souveraine ne prescrit rien                     La loi souveraine ne prescrit rien
Sources (*) : Giorgio Agamben               Giorgio Agamben
Giorgio Agamben - "Homo sacer I. Le pouvoir souverain et la vie nue", Ed : Seuil, 1997, p59

 

-

[La pure forme de la loi est paradoxale : elle s'affirme avec d'autant plus de force qu'elle ne prescrit rien]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

Dans son texte Devant la loi, Kafka met en scène un paysan incapable de franchir la porte de la loi, bien qu'elle soit ouverte. La loi n'exige rien de lui. Le gardien ne l'empêche pas de passer. Pourtant le paysan est immobilisé. Il obéit à la loi car il ne peut pas s'exclure lui-même de son pouvoir. Il en est de la loi comme du langage : on n'y entre jamais, car on y est toujours-déjà entré, même quand on n'y était pas encore et/ou quand on en est exclu. La loi, comme le langage, inclut en excluant et exclut en incluant. Le non-linguistique, l'ineffable, etc... n'est pas extérieur au langage (hors-relation) car c'est un présupposé du langage lui-même. On ne peut accéder au hors-loi que dans la loi et depuis la loi, pas de l'extérieur. Ce qui appartient à la forme de la relation ni peut ni entrer dans la relation, ni sortir de la relation.

On trouve un paradoxe équivalent dans le ban souverain. Pour capturer la vie dans le droit, il faut sortir du droit. C'est ce qu'on appelle l'état d'exception. Quand le souverain le déclare, il n'a pas à se justifier. La loi est en vigueur, voilà tout, même si elle ne signifie pas. Même quand elle est réduite au degré zéro de son propre contenu, elle ne disparaît pas. Le temps de l'état d'exception, dans la structure du pouvoir souverain, elle n'est pas absente, mais inexécutable. C'est cette structure, qui est aussi celle du ban, qui prévaut à notre époque.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Le souverain est celui qui décide de l'implication du vivant dans la loi; sa forme originaire est l'exception, qui capture la vie dans le droit

-

Le souverain est le point d'indifférence entre la violence et le droit, le seuil où la violence se transforme en droit et le droit en violence

-

La crise de légitimité de la loi tient à la mise au jour, comme telle, de sa forme pure : elle est en vigueur, mais ne signifie pas

-

Le risque de la déconstruction, c'est qu'en n'ayant pas voulu entrer par la porte de la Loi, elle n'aie pas permis non plus qu'elle soit fermée

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Agamben
LoiSouv

AA.BBB

AgambenParcours

FF.LFF

EQ_LoiSouv

Rang = LaLoi
Genre = -