Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, James Joyce                     Derrida, James Joyce
Sources (*) : Derrida, la tora               Derrida, la tora
Jacques Derrida - "Ulysse gramophone, Deux mots pour Joyce", Ed : Galilée, 1987, pp17-39

 

p258 de Finnegans Wake (James Joyce) -

Derrida, Dieu

Par ses mots écrits en plusieurs langues, James Joyce joue de la lettre inaudible comme du nom de Dieu : il déclare et déconstruit le commencement (Yahwé/he war)

Derrida, Dieu
   
   
   
Derrida, la tour de Babel Derrida, la tour de Babel
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

C'est lui-même qui le dit (pp27-29) : tout ce que Jacques Derrida a écrit depuis son Introduction à l'Origine de la géométrie (1961) et La Pharmacie de Platon, peut être lu comme une glose d'Ulysse et de Finnegans Wake. Pourquoi? Parce que le texte de Joyce (illisible, indicible, inaudible) opère comme le nom de Dieu. Pour montrer cela, il extrait deux mots, HE WAR d'un passage babélien où prolifèrent les termes à consonance bibliques. Upploud! dit Joyce. (...) Uplouderamain! (...) And shall not Babel be with Lebab? And he war. And he shall open his mouth and answer : I hear, O Ismael, how they laud is only as my loud is one (...) Uplouderamainagain! (...) Loud, hear us! Loud, graciously hear us! (...) Loud, heap miseries upon us yet entwine our arts with laughters low! (...)

Dans une seule langue, l'anglais (langue dominante), HE WAR se traduit IL GUERRE. C'est une déclaration, une déclaration de guerre jetée dans les oreilles. Mais ces deux mots contiennent aussi d'autres langues inaudibles à l'oreille. Par exemple, avec l'allemand, on peut lire : IL VRAI (wahr), IL GARDE (wahren), Il fut celui qui, disant Je, déclara la guerre, JE SUIS CELUI QUI EST, Là où c'était, il fut (le Wo es war freudien), et aussi Il fut, ou encore Il fut ce (Lui) qu'il fut, etc... Tant qu'on ne prononce pas ces deux mots, ils ont tous les sens (comme le nom de Dieu). Ecrit en lettres hébraïques, He(w)ar est l'anagramme de Yahwé, à une lettre près (le R qui devient Y), de même que Lebab est l'anagramme de Babel (et son palindrome). A Babel, Yhvh a châtié les partisans d'une langue unique. Joyce les châtie à son tour par, et Jacques Derrida aussi. Les Sémites veulent se faire un nom en construisant cette tour immense? il dispersera les noms du père, il préservera l'étranger dans la langue.

Joyce ne traduit pas les langues les unes dans les autres. Il écrit, en même temps, plusieurs langues (ce qui se dit, dans la langue derridéenne, plus d'une langue, ou encore : en suppléments). Il pille tous les auteurs. Il déconstruit les hiérarchies, fait exploser les significations. Jacques Derrida reprend cela à son compte.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaJoyce

CG.LED

DerridaTora

DY.LDY

DerridaDieu

XJ.LJD

DerridaBabel

VE.LER

VCommencement

Rang = VCommencement
Genre = CIT - CIT