Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La vie nue, coeur du moderne                     La vie nue, coeur du moderne
Sources (*) :              
Giorgio Agamben - "Homo sacer I. Le pouvoir souverain et la vie nue", Ed : Seuil, 1997, p139

 

Citation d'Odon Vallet in Cahiers de Mediologie n¡3 -

Dans l'Etat-Nation, c'est la naissance - c'est-à-dire la vie naturelle en tant que telle - qui porte la souveraineté, au détriment du sujet devenu citoyen

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Avec l'écroulement de l'Ancien Régime, le sujet s'est transformé en citoyen. Dès sa naissance, du simple fait de sa naissance, il est devenu le porteur de la souveraineté. Alors qu'auparavant la naissance (d'origine naturelle) et la souveraineté (d'origine divine) étaient séparées, ils s'unissent dans le corps du nouveau "sujet-souverain", une transformation dont nous commençons à peine à mesurer les conséquences biopolitiques.

Le fondement de l'Etat moderne n'est pas l'homme en tant que sujet politique, mais sa vie nue, dont découlent les droits dits de l'homme - qui sont en pratique ceux du citoyen. Sans aucun écart entre les deux, la naissance devient nation. La vie naturelle, impolitique, devient l'origine et le fondement de la souveraineté. Mais l'Etat-Nation doit pouvoir distinguer entre ceux qui en font partie et ceux qui en sont exclus. Entre les deux passe une ligne mouvante à rediscuter et redéfinir sans cesse. Les réfugiés, dont le nombre n'a cessé d'augmenter au 20ème siècle, occupent cette place intermédiaire. Ils inquiètent car ils remettent en cause la fiction originaire de la souveraineté moderne, qui suppose une continuité entre naissance et nationalité.

 

 

A partir de 1914 intervient un changement majeur. La plupart des pays dissocient nation et naissance. On ouvre une possibilité de "dénaturalisation" en France (1915), en Belgique (1922), en Italie (1926), en Autriche (1933), etc... jusqu'au paroxysme nazi, quand le lien naissance / nation perd tout automatisme. C'est alors que la vie nue, privée de toute valeur politique, apparaît : ceux qui sont déchus de leur nationalité deviennent homo sacer.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Agamben
CampModernite

EE.LEE

UEtatNation

Rang = ONation
Genre = MR - CIT