Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'homme est l'être qui nomme                     L'homme est l'être qui nomme
Sources (*) : Walter Benjamin               Walter Benjamin
Walter Benjamin - "Oeuvres I", Ed : Folio-Gallimard, 2000, p146 - Sur le langage en général et sur le langage humain

 

-

[L'essence linguistique de l'homme consiste en ce qu'il nomme les choses]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

Dans son langage, l'homme communique sa propre essence spirituelle. Nous ne connaissons pas qu'un seul langage (car il y en a beaucoup, dans la nature animée ou inanimée), mais nous ne connaissons qu'un seul langage qui nomme les choses, celui de l'homme. En nommant par exemple la lampe, la montagne ou le renard, l'homme se communique lui-même. Les mots ne lui servent pas à désigner ces choses, mais à communiquer avec d'autres hommes. Autrement dit l'essence des choses ne se communique pas par les noms, mais dans les noms. Il n'y a pas un moyen (le mot), un objet (la chose) et un destinataire, il y a une essence spirituelle de l'homme qui, dans le nom, se communique à Dieu.

Si le nom est la plus intime essence du langage, c'est parce que le langage se communique en lui. Le nom résume en lui la totalité du langage. Par le nom, l'homme peut atteindre à la connaissance des choses, à condition qu'il n'en fasse pas un signe ou un jugement répétitif. Dans l'histoire biblique du jardin d'Eden, le langage du serpent est anonyme. Eve et Adam, en croyant accéder à la connaissance, ont choisi le langage impersonnel. Leur faute a été de renoncer au verbe créateur. Les hommes de la tour de Babel ont continué dans la même direction. Ils ont renoncé à nommer les choses. Mais ce n'est pas une fatalité. Bien que la création divine soit achevée, le langage parle encore. La nomination [créative], qui est le pur langage, n'est pas finie. Dieu crée par le Verbe, mais ce langage dont il s'est servi, il le laisse ensuite à l'homme, qui à son tour peut nommer sa compagne.

L'homme est le locuteur du langage, celui qui dénomme. Interpeller, c'est parler dans le nom. D'une part, la nature, laissée à elle-même, est muette et sans nom; d'autre part le langage comme tel est sans contenu, tout entier linguistique, universel, parfait. Il ne communique que sa propre essence. Pour révéler l'essence linguistique des choses - qui ne diffère pas de leur essence spirituelle -, il faut passer du muet au parlant, c'est-à-dire traduire. C'est la tâche du langage humain.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Le langage n'est pas l'expression de ce que nous croyons exprimer; il est l'expression de ce qui se communique en lui, et non par lui

-

Par la traduction, le langage humain fait passer le langage des choses, anonyme et muet, en noms et paroles

-

Par la révélation, concept central de la philosophie du langage, l'esprit - interpellé dans le nom - et le langage sont en relation univoque

-

Dieu n'a pas voulu soumettre l'homme au langage; il a libéré dans l'homme le langage qui lui avait servi, à lui, de médium dans la création

-

L'homme est le seul être auquel Dieu n'a pas donné de nom, mais qui est capable, lui-même, de donner un nom à son semblable

-

L'unique faute, la plus profonde, c'est d'abandonner le pur langage du nom pour en faire un signe, un jugement, une imitation non créatrice

-

En portant atteinte à la pureté du nom, qui est le fondement commun de l'esprit linguistique, les hommes ont abandonné les choses; alors est né le projet de la tour de Babel

-

Tous les rapports contractuels entre hommes dépendent de la violence qui fonde le droit; seule l'entente du langage (culture du coeur ou dialogue) n'y a pas recours

-

La nature est toute entière traversée par un langage muet et sans nom, résidu du verbe créateur qui s'est conservé dans l'homme comme nom connaissant

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

BenjaminW
LangageNom

AA.BBB

BenjaminCheminements

BL.LLG

CC_LangageNom

Rang = LNomination
Genre = -