Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'homme est l'être qui nomme                     L'homme est l'être qui nomme
Sources (*) : La nature est muette               La nature est muette
Walter Benjamin - "Oeuvres I", Ed : Folio-Gallimard, 2000, p165- Sur le langage en général et le langage humain en particulier

 

Apres-midi d'ete sur un lac (Jean-Leon Gerome, 1895) -

La nature est toute entière traversée par un langage muet et sans nom, résidu du verbe créateur qui s'est conservé dans l'homme comme nom connaissant

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La nature, enfermée dans l'incommunicable, est privée de langage. Seul l'homme [ou le poète] peut la délivrer par la parole, en remplaçant sa souffrance ou sa plainte indifférenciée par le souffle des mots. Dans les centaines de langues humaines, les noms connaissent les choses, mais comme elles ne se connaissent pas entre elles [ces langues], la nature est triste. Seul Dieu (ou peut-être indirectement des arts comme la peinture ou la sculpture) connaît le nom propre des choses, dans un langage fait de matière, sans acoustique.

Un flot ininterrompu, continu, court après la nature entière. C'est le langage des choses, que l'homme traduit (par la connaissance), en un langage supérieur. En donnant un nom à la nature, il se communique à ses semblables et à Dieu. C'est le nom connaissant, ce verdict judiciaire qui plane au-dessus de lui.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

BenjaminW
LangageNom

ME.MLE

ProNature

DD.LDD

UNature

Rang = ONature
Genre = MR - IB