Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'art, l'esprit, la voix                     L'art, l'esprit, la voix
Sources (*) :              
GWF Hegel - "Cours d'esthétique, tome 1", Ed : Livre de Poche, 1997, p465

 

-

[Le degré supérieur de l'art consiste à laisser son principe, l'esprit, se développer librement, de l'intérieur, comme la voix humaine]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Hegel oppose l'art "idéal" (supérieur) à l'art symbolique (un degré en-dessous) dont il donne plusieurs exemple. Le plus proche de la nature est le lingam de l'Inde, cette sculpture ou phallique en forme de colonne qui s'est répandue dans différentes régions. Le plus évolué est l'art égyptien, avec ses colosses de Memnon apparemment sonores - mais dont le son (Klang) venait de l'extérieur, ou ces sphinx énigmatiques, incapables d'expliciter ce qu'ils représentent.

L'oeuvre d'art est une création de l'esprit. Elle est le résultat d'une activité productive, l'imagination de l'artiste, qui prend ses sources dans le monde réel, dans la mémoire et dans la familiarité avec la psychè humaine. Sa mesure et sa beauté ne lui viennent pas de l'extérieur, mais de son sentiment propre (son talent, son génie). C'est par la conscience, l'émotion et la méditation que les oeuvres mûrissent. Il faut un sujet, un individu humain appartenant à une culture pour que le contenu rationnel et la forme sensible se lient en une forme objective. L'artiste ne peut saisir l'objet qu'à partir d'une profonde intériorité. Il ne renvoie à un sentiment vaste et profond que parce que celui-ci est déjà en son coeur. La subjectivité de l'artiste et l'objectivité de la représentation doivent fusionner.

Ce qui ne reste qu'à l'extérieur (comme les fleurs de la religion naturelle) ou qu'à l'intérieur n'accède pas au statut d'oeuvre.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Dans la religion naturelle, l'esprit s'apparaît à lui-même immédiatement, tandis que dans la religion esthétique, il contemple dans son objet son opération

-

A l'innocence de la religion des fleurs (le paisible être-pour-soi) s'oppose la culpabilité de la religion des animaux (la négativité de l'être-pour-soi destructeur)

-

Entre l'architecture et la sculpture prend place le culte phallique du lingam (Inde) ou de Bacchus (Grèce), des objets en forme de colonne, mais sans affectation à l'habitat

-

Entre maison, sculpture et architecture, les colonnes phalliques de Hegel, lisses ou entaillées, occupent une place indéterminable, "avant" la famille ou l'Etat

-

Les Egyptiens de l'Antiquité étaient un peuple véritablement artiste : ils se proposaient d'expliquer par des symboles la nature de l'esprit, mais sans réussir à lui donner la vie

-

Le sphinx, énigme par excellence, est aussi le symbole du symbolisme, car en lui l'esprit s'efforce de sortir de la forme brute, sans y parvenir

-

Les colosses de Memnon sont des exemples parfaits de symboles : comme ils ne possèdent pas en eux-mêmes la vie de l'esprit libre, ils en reçoivent la sonorité de l'extérieur

-

Pour le logos hegelien, l'universelle puissance du concept se joue dans la résonance d'un "Klang" qui se déclenche sans rien vouloir dire, comme son fou ou son muet

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Hegel
ArtEspritVoix

AA.BBB

FA_ArtEspritVoix

Rang = Oart
Genre = -