Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Marc Crépon                     Marc Crépon
             

 

-

Page créée par le scripteur le 24 juillet 2010.

Bibliographie de Marc Crépon

   
   
   
                 
                       

logo

 

Table

 

1. Liste des ouvrages publiés.

- 1996 : Les Géographies de l’esprit (Payot)

- 1996 : La Langue source de la nation, messianismes séculiers en Europe centrale et orientale (du XVIIIè au XXè siècle), en collaboration avec Pierre Caussat et Dariusz Adamski (Ed Mardaga, Sprimont).

- 2000 : Le Malin génie des langues, Nietzsche, Heidegger, Rosenzweig (Vrin)

- 2000 : Nietzsche (Cahier de l'Herne, 2000)

- 2001 : Les promesses du langage, Benjamin, Rosenzweig, Heidegger (Vrin) [LPDL].

- 2002 : L’imposture du choc des civilisations (Nantes, éditions pleins feux)

- 2003 : Nietzsche : L’art et la politique de l’avenir (PUF)

- 2003 : La philosophie au risque de la promesse (Ouvrage collectif, coédition avec Marc de Launay) (Bayard)

- 2003 : Franz Rosenzweig, Confluences, politique, histoire et judaïsme, Textes introduits, traduits et annotés en collaboration avec Gérard Bensussan et Marc de Launay (Vrin)

- 2004 : Terreur et poésie (Galilée)

- 2005 : Langues sans demeure (Galilée)

- 2006 : Altérités de l'Europe (Galilée) [ADE]

- 2007 : De la démocratie participative : fondements et limites, avec Bernard Stiegler, (Editions Mille et une nuits)

- 2008 : La Culture de la peur I. Démocratie, identité, sécurité (Galilée) [LCDLP].

- 2008 : Vivre avec - La pensée de la mort et la mémoire des guerres (Hermann) [VAPMMG].

- 2008 : (Ouvrage collectif, coédition avec Philippe Worms : Derrida, la tradition de la philosophie (Ed Galilée)

- 2010 : La culture de la peur II. La Guerre des civilisations (Galilée)

- 2012 : Elections - De la démophobie (Hermann) [EDLD].

- 2012 : Le Consentement meurtrier [LCM].

- 2014 : La Vocation de l'écriture, La littérature et la philosophie à l'épreuve de la violence [LVDE].

- 2015 : Levinas-Derrida : Lire ensemble (Hermann). Textes réunis et présentés avec Danielle Cohen-Levinas.

 

2. Liste des textes de Marc Crépon comportant une mention directe de Jacques Derrida.

- 2001 : Les promesses du langage, Benjamin, Rosenzweig, Heidegger : chapitre IX, Ce qu'on attend des langues (autour du Monolinguisme de l'autre).

- 2002 : Dans les actes du colloque "La philosophie au risque de la promesse", on trouve une table ronde dans laquelle Marc Crépon interroge Derrida autour du thème de la promesse. Suit une réponse de Jacques Derrida. [Le texte de Crépon pour ce colloque porte sur Nietzsche. Annoncé sous le titre "Politiques de l'écriture", il est titré "Promesses de l'écriture", et se retrouve dans Nietzsche, l'art et la politique de l'avenir (publié en 2003).

- 2004 : Traduire, témoigner, survivre, in Rue Descartes n°52, texte axé particulièrement sur la traduction faite par Derrida du dernier vers de Aschenglorie, "Nul ne témoigne pour le témoin".

- 2005 : Langues sans demeure. Le livre s'ouvre sur une citation de Derrida dont deux textes, Fichus ou Le monolinguisme de l'autre, sont mentionnés plusieurs fois. Le dernier chapitre, "C'est l'éthique même", Note sur l'idiome du deuil, qui fait également office de conclusion, porte sur Béliers.

- 2006 : Altérités de l'Europe. Citations du Monolinguisme de l'autre dans le premier chapitre, Aimer sa langue autrement. Renvoi à de nombreux textes de Derrida dans le dernier chapitre, numéroté VII, L'Europe, peut-être (Notes sur une "géopolitique" de l'impuissance).

- 2006 : Traduire, témoigner, survivre, in Rue Descartes n°52. Analyse du poème Aschenglorie, avec sa phrase terminale, Personne / ne témoigne / pour le témoin.

- 2008 : La Culture de la peur I. Démocratie, identité, sécurité. Citation de Force de loi dans le chapitre II, puis de Adieu à Emmanuel Lévinas dans la conclusion, "La peur des étrangers".

- 2008 : Vivre avec - La pensée de la mort et la mémoire des guerres. Les deux derniers chapitres, Hospitalité et mortalité et Vivre avec les images et la pensée de la mort sont consacrés à Jacques Derrida.

- 2008 : in Derrida, la tradition de la philosophie, Déconstruction et traduction. De nombreux textes de Derrida sont cités : La Pharmacie de Platon, Des tours de Babel, Ulysse gramophone, Deux mots pour Joyce, Le Monolinguisme de l'autre, Positions, etc., autour de la question de la traduction.

- 2010 : La culture de la peur II. La Guerre des civilisations. Etats d'âme de la psychanalyse cité p43, puis Le "concept" du 11 septembre pp53 et56. Le séminaire sur L'Hospitalité est cité p75, et la conclusion, intitulée Envoi, porte sur l'hospitalité.

- 2011 : in Derrida et la question de l'art, Déconstructions de l'esthétique, "Partages de la singularité, Derrida lecteur de Celan" (Ce texte est repris à l'identique en 2014 comme chapitre III de La Vocation de l'écriture). Crépon commente particulèrement, dans ce texte, Aschenglorie.

- 2012 : Le Consentement meurtrier. Derrida mentionné au début du chapitre I (De la justice). Thème de la cruauté qui sert de ligne directrice dans le chapitre II (De la vie). Béliers cité p225, et De quoi demain cité pp251, p254.

- 2014 : La Vocation de l'écriture, La littérature et la philosophie à l'épreuve de la violence. Chapitre II (L'impossible anamnèse, Kafka et Derrida), III (Partages de la singularité, Celan-Derrida) [reprise du texte déjà paru en 2011], et IV (D'une constellation, Lévinas, Derrida, Blanchot, lecteurs de Celan).

---

Pour ce qui concerne la lecture de Paul Celan, on peut tracer la correspondance suivante :

- Le Méridien : commenté par Derrida dans Schibboleth et La bête et la souverain, par Crépon dans Partages de la singularité; puis le chapitre IV de La Vocation de l'Ecriture.

- Schibboleth, commenté par Derrida dans Schibboleth, pour Paul Celan, et par Crépon dans Partage de la singularité (Chapitre III de La Vocation de l'écriture).

- Aschenglorie, avec sa phrase "Niemand / Zeugt für den / Zeugen", commenté par Derrida dans Poétique et Politique du témoignage (Cahier de l'Herne, 2004), et par Crépon dans Traduire, témoigner, survivre;

- Grosse, glühende Wölbung, avec sa dernière phrase "Die Welt ist fort, Ich muss dich tragen", commenté par Derrida dans Béliers, et par Crépon dans Langues sans demeure et Vivre avec.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
     
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Crepon
CreponParcours

AB.BIB

zb_BiblioCrepon

Rang = zb_BiblioCrepon
Genre = -