Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Marc Crépon                     Marc Crépon
             

 

-

Page créée par le scripteur le 24 juillet 2010.

[A partir des textes de Marc Crépon]

   
   
   
                 
                       

logo

 

- Bibliographie.

- Présentation de l'oeuvre.

 

Marc Crépon, chercheur au CNRS, est directeur du Département de Philosophie de l'Ecole Normale Supérieure. Il fait partie du collectif chargé d'éditer les séminaires de Jacques Derrida aux éditions Galilée.

Propositions (les têtes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[La violence advient chaque fois qu'une parole adressée à l'"autre comme tel" est compromise]

-

[Il n'est d'avenir démocratique que pour un souverain (le peuple) inconditionné, indéterminé, hétérogène, ouvert]

-

[La démocratie est, par excellence, le régime du "pharmakon" : celui où l'on est en droit de dire que ce qui est présenté comme un poison est un remède et vice-versa]

-

[Les démocraties sont hantées par un spectre : la "démophobie", qui tend à restaurer les oligarchies et les hiérarchies dont elles limitent le pouvoir]

-

[Chacun de nous a une langue pour demeure, mais cette langue, son idiome, est sans demeure]

-

[Il faut inventer une langue qui ne se laisse approprier par aucune communauté, aucune norme, loi, ni grammaire pré-établie, mais se laisse traduire dans la langue de l'autre]

-

[A la question : "Que nous est-il permis d'espérer?", des philosophes répondent : "La terre promise du langage"]

-

[La déconstruction s'apparente à une traduction nécessaire et impossible, interdite et imposée, dont la tâche serait de faire survivre et croître les oeuvres de la tradition]

-

[Traduire un poème, c'est témoigner d'une rencontre, d'une éthique du rapport à l'autre, où chaque fois s'invente un nouvel idiome, unique]

-

[La vulnérabilité et la mortalité d'autrui sont au fondement d'une responsabilité première; la refuser ou la nier, c'est se prêter à un "consentement meurtrier"]

-

[A l'assimilation - une notion unitaire et identitaire de la culture, il faut substituer l'hospitalité : exposition et traduction, aux rivages des langues et des empires]

-

[Il faut, ici et maintenant, faire passer la sécurité humaine avant la sûreté de l'Etat]

-

[Devant l'irréductibilité du "consentement meurtrier", il faut appeler à une éthicosmopolitique des relations]

-

[Dans l'"Etoile de la rédemption" Franz Rosenzweig a voulu renouveler la confiance dans le langage : il faut revenir à la parole, entendre ce qu'elle promet]

-

Chaque adresse à l'autre est un témoignage, un testament : seul l'autre peut assurer, par serment, la garde d'un secret qu'il ignore

-

La première guerre mondiale a été soutenue par les peuples car elle a été précédée par une dégradation du langage qui, par avance, rendait l'horreur acceptable

-

Pour peu qu'une violence ou une cruauté advienne "ailleurs" ou "autrement", il n'est pas de dénonciation qui ne porte le risque d'un consentement meurtrier

-

On peut qualifier de "consentement meurtrier" tout accommodement avec les principes qui excluent la mort violente, quelles qu'en soient les justifications

-

Le consentement meurtrier est une dimension irréductible et structurelle de notre être-au-monde

-

La culture transforme les idiomes singuliers en idiome commun; en devenant publique, elle se fait l'instrument du partage et de la désappropriation

-

Tout discours sur l'identité culturelle qui se présente comme un tout organisé autour de la langue, n'a d'autre fin que de masquer son caractère inappropriable

-

La démocratie, objet de désir, précède toujours son apprentissage : elle se fait en s'anticipant

-

La démocratie est un régime mixte où le pouvoir est confisqué par une oligarchie, mais où cette confiscation peut être contestée de toutes les façons possibles

-

Ce qui rend la démocratie redoutable et scandaleuse, c'est qu'elle est le pouvoir de n'importe qui

-

La démocratie est le lieu où les inventions idiomatiques de la singularité, multiples et imprévisibles, sont partagées

-

Il n'est pas de démocratie sans que les institutions ne se rapportent à un principe transcendant : justice, égalité, hétérogénéité constitutive de l'Un souverain

-

Dès lors qu'elle est instituée et programmée, la "démophobie" conduit toujours à un "démocide"

-

Comme la "démophobie" dont elle est inséparable, la "technophobie" joue sur l'ambiguité de la technique : à la fois remède et poison, protection et menace

-

"L'éthique même" de Derrida renvoie à une politique du deuil qui ne peut se dire que dans un idiome singulier, l'idiome du deuil

-

Une injonction éthique nous oblige à entendre l'appel de l'attention, du soin et du secours qu'exigent, sans exception, la vulnérabilité et la mortalité d'autrui

-

L'exercice de l'hospitalité suppose une exposition mutuelle de l'hôte et de l'étranger - mais la loi de l'hospitalité, inconditionnelle, ne l'exige que de l'hôte

-

L'essence des identités culturelles, c'est que chacune est une figure singulière de l'hospitalité, à aucune autre réductible

-

L'identité [qu'elle soit raciale ou nationale] est un fétiche mystique, qui repose sur un type particulier de foi

-

On peut lire chaque texte de Jacques Derrida comme le projet d'un "autre" concept de traduction : inventer un idiome singulier, par l'irruption imprévisible d'une "autre" langue

-

On peut, dans son idiome, rêver d'une langue singulière qui ne reconduirait ni aux cercles de la langue maternelle ni au fantasme identitaire d'une loi qui règne en maître

-

Dans l'obscurité de la poésie se révèle une part cachée, mystérieuse et secrète du langage

-

Reconnaître les mystères du langage implique une véritable foi dans la langue - ce qu'elle donne à attendre, sa promesse

-

Pour produire ses effets les plus magiques et les plus dévastateurs, il faut que le langage s'exhibe dans sa pureté, mettant au jour sa dignité et son essence

-

La sacralisation de la langue est l'ultime possibilité, pour le nationalisme, de sauvegarder son esprit messianique

-

Pour percer le secret du fondement de la loi, il faudrait à la fois dire sa généralité et la singularité de celui qui s'y rapporte - ce qui est impossible, sauf peut-être par un récit

-

On ne peut se protéger du mal radical par la fraternité, car la fraternité peut, elle aussi, se retourner en hostilité absolue

-

Il faut, pour résister au mal radical, être en deuil de tout autre, "penser" le sens du monde dans une relation à la mort d'autrui

-

Dans le langage de la promesse, l'idée de "philosophie nationale" est prompte à ressurgir, car cette promesse est celle de la langue où la mission du "nous" se trouve et se fonde

-

Le nationalisme est un phénomène religieux qui lie un peuple singulier (supposé élu), le destin d'une langue et le sort de la civilisation

-

La singularité d'une écriture témoigne d'un idiome, d'une autre langue à l'intérieur de la langue, une langue chassée de la langue

-

Seule une pensée qui n'use pas du langage comme d'un réservoir d'effets rhétoriques, qui se retire devant lui, qui renonce à sa maîtrise, peut prétendre à l'universel

-

Le peuple ne se laisse identifier à aucune classe ou catégorie déterminée à l'avance; aucune forme d'appartenance ne saurait en circonscrire les limites

-

La culture de la peur est indissociable d'une culture de l'ennemi, qui ronge les démocraties

-

Nos peurs nous détournent de l'angoisse, dans laquelle elles trouvent pourtant leur fondement

-

La peur rend les individus apathiques, indifférents et incrédules, elle détruit leur désir, empêche toute singularisation et idiomatisation

-

Traduire, c'est poser la question de la possibilité même de la philosophie

-

En inventant une autre langue, la philosophie soutient une promesse : déjouer toute appropriation, ne se laisser assimiler par aucune culture, provoquer les passages et les traductions

-

Loin de favoriser une quelconque affirmation souveraine, la poésie accomplit, chaque fois, un pas en retrait

-

La responsabilité du poème, sa promesse, c'est d'aller vers un Autre, de garder le cap du retrait dans le rien sans lequel jamais l'autre ne viendrait

-

En ouvrant des partages de la singularité, qui appellent des alliances imprévisibles, chaque poème s'oppose à la violence et y résiste

-

La transcendance n'a pas d'autre sens que l'ouverture à l'infini par laquelle le poète se sépare de lui-même, se dessaisit de son moi

-

La violence appartient, par essence, à l'expérience du langage, dans ses usages les plus familiers

-

La notion d'un "peuple élu" suppose que les menaces qui pèsent sur la civilisation ne seront surmontées que par un bouleversement qui confère à ce peuple une mission sacrée

-

L'"Etoile de la rédemption", c'est Franz Rosenzweig lui-même, en tant qu'il détient à l'avance le sens de la promesse du langage

-

En s'engageant dans l'action politique, le surréalisme a du renoncer à la dimension eschatologique inscrite dans le rapport au langage

-

Aucune demeure ne peut être assignée au yiddish, une langue inventée à même l'allemand, mais intraduisible dans cette langue si proche

-

Présentation de l'oeuvre de Marc Crépon

-

L'Europe se définit par un double axiome : ce qui lui est propre ne lui appartient pas en propre; les identités qu'on lui oppose appartiennent aussi à son héritage

-

L'objet de la sécurité humaine est de protéger le "noyau vital de toutes les vies humaines" tel que les individus se le donnent singulièrement, et y font face communément

-

Bibliographie de Marc Crépon

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Crepon
CreponParcours

AA.BBB

LY_CreponParcours

Rang = zy_CreponMarc
Genre = -