Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Les promesses du langage                     Les promesses du langage
Sources (*) :              
Marc Crépon - "Les promesses du langage - Benjamin, Rosenzweig, Heidegger", Ed : Vrin, 2001, p44

 

La patrie (Victor Vasnetsov, 1907) -

Le nationalisme est un phénomène religieux qui lie un peuple singulier (supposé élu), le destin d'une langue et le sort de la civilisation

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Certains philosophes ont [comme beaucoup de leurs contemporains] un attachement quasi-religieux envers leur langue maternelle. Cette langue est belle, expressive. Il faut la respecter. On lui fait confiance, on lui promet fidélité, déférence, on ne veut pas la trahir. On la sacralise par un acte de foi. Et comme cette langue est parlée par un peuple singulier, on associe cette idée à celle d'élection. Un peuple est élu avec son passé, son territoire, ses lieux de mémoire, son patrimoine, et ce peuple est en marche vers un avenir. Le nationalisme moderne porte un rapport particulier du présent à l'histoire. Il s'agit moins de conserver le passé que d'inaugurer un nouveau commencement.

 

 

ACTE DE FOI : L'attente va se terminer, un temps nouveau va s'accomplir [qui ne concerne pas seulement ce peuple, mais toute la culture]. Une rupture radicale est possible. Elle est prophétisée, et elle s'accomplira si le rapport unique entre ce peuple et sa langue est maintenu.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Crepon
CreponPromesse

ND.LLD

Unationalisme

Rang = Onationalisme
Genre = MR - IB