Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, auto - affection                     Derrida, auto - affection
Sources (*) : Derrida, l'esprit               Derrida, l'esprit
Jacques Derrida - "Glas", Ed : Galilée, 1974, p31

 

Tete d'homme de profil (Hyppolyte Flandrin, 1842) -

Une différance inarrêtable

L'esprit répète son propre souffle, en déployant l'infinie liberté d'une auto-affection

Une différance inarrêtable
   
   
   
Une âme inarrêtable Une âme inarrêtable
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Selon Hegel, en pensant à un objet, l'esprit a aussi conscience de lui-même. Il ne le connaît que s'il pense en se pensant le penser (c'est la différence entre l'homme et l'animal). L'esprit ne se tient jamais hors de lui. Sa spiritualité, c'est qu'il se connaît lui-même connaissant autre chose. En reproduisant le connu, il se l'approprie. Il se saisit lui-même comme esprit, se donne à lui-même son propre élément, se répète lui-même. C'est ainsi (selon Hegel), en restant auprès de lui-même, qu'il est libre. Mais alors, s'il n'a pas d'opposé, pourquoi se détache-t-il de lui-même, et cela dès le centre du cercle, dès le foyer familial?

L'esprit se produit en niant activement ce qui le limite. Telle est la place du père quand il se donne à lui-même un fils en se dédoublant : il est son père, son fils et lui, mais cette division interne est sa ruine. Un affect entame sa paternité. On ne peut plus arrêter le mouvement. Il fait l'expérience du manque qu'il cherche à combler. Il y a une poussée du sentir qu'il ne faut pas satisfaire tout de suite. Une contrainte négative l'oblige à la limiter, l'inhiber, la contenir. Il devient conscient, pensant, humain (car l'animal est incapable de cette répression), il se divise en lui-même. A partir de cette contre-poussée [toujours selon Hegel], il y a relève (Aufhebung), l'idéalité se constitue, et avec elle le milieu de la pensée, de l'universel et de l'infini.

 

 

Jacques Derrida reprend-il tout cela à son compte? Oui [car il met en avant son concept à lui, celui de l'auto-affection], mais [comme d'habitude], en partant de la marge, d'un "éclaircissement", d'une "illustration" ou d'un "exemple" que propose Hegel : la semence.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaAutoAffection

DN.LJH

DerridaEsprit

DE.LED

SpectreInarret

JE.LJE

ProEsprit

BE.LBE

UEsprit

Rang = KEsprit
Genre = MR - IB