Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Assimilation ou hospitalité?                     Assimilation ou hospitalité?
Sources (*) : Derrida, l'hospitalité               Derrida, l'hospitalité
Marc Crépon - "Les promesses du langage - Benjamin, Rosenzweig, Heidegger", Ed : Vrin, 2001, pp205-6

 

Gulliver face au geant -

L'exercice de l'hospitalité suppose une exposition mutuelle de l'hôte et de l'étranger - mais la loi de l'hospitalité, inconditionnelle, ne l'exige que de l'hôte

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans les quatre Voyages de Gulliver, Swift introduit une progression : plus le héros découvre de nouveaux peuples, et moins ils sont inhospitaliers.

1. Les lilliputiens imposent leur langue et leur règle de vie. Ils forcent Gulliver à apprendre leur langue, sans lui demander qui il est ni d'où il vient. Assigné à résidence, confronté à des prêtres, des juges et des gardiens, il doit mettre à disposition sa force physique, signe de mépris et de domination.

2. Au pays des géants de Brobdingnac, on lui demande de raconter ses aventures, de dire qui il est, de décrire son pays. Un enfant lui enseigne la langue pour qu'il puisse rendre des comptes au roi. Mais celui-ci lui oppose une fin de non-recevoir. Il y a un début d'écoute, mais pas d'hospitalité.

3. Au pays de Laputa, le roi l'interroge, mais il ne s'intéresse pas à lui. Il est fermé à toute autre pratique que la sienne (les mathématiques), et lui répond avec dédain et indifférence. Certain de sa supériorité, l'hôte, qui se veut un érudit, est un homme de pouvoir.

4. Enfin les Houyhnhnms, des êtres aux corps de chevaux et dont les esclaves (les Yahoos) ont des corps d'hommes, s'intéressent à lui. Une relation réciproque se construit. Chacun apprend la langue de l'autre, et chacun espère s'instruire auprès de l'autre - ce que Marc Crépon désigne comme "exposition mutuelle de l'hôte et de l'étranger". C'est une relation qui déplace les frontières, dans laquelle l'accueil de l'étranger implique de reconnaître sa propre vulnérabilité. Un risque existe, partagé par l'un et par l'autre, aux rivages des cultures.

[5. Il faut ici ajouter un cinquième voyage, que Gulliver n'a jamais raconté - peut-être parce qu'il ne peut être l'objet ni de réalisation, ni de récit. Gulliver serait ici l'"arrivant absolu" au sens de Jacques Derrida. Dans le pays de l'hospitalité inconditionnelle, il n'aurait même pas besoin d'apprendre la langue de l'hôte - car celui-ci apprendrait sa langue à lui et accomplirait l'effort de traduire. Il pourrait mettre en pratique les règles de vie auxquelles il est habitué, et l'hôte les accueillerait volontiers, sans demander d'explication ni de justification. Un voyage de ce genre, bien sûr, est impossible - ce n'est qu'un concept].

 

 

Cette proposition contient une analyse critique du texte de Marc Crépon. En effet, si l'on suit son interprétation du récit de Gulliver, la loi de l'hospitalité derridéenne s'écrirait : La loi de l'hospitalité exige une exposition mutuelle de l'hôte et de l'étranger. Cette formulation suppose une symétrie entre les deux positions. Chez Swift, la relation entre Gulliver et les Houyhnhnms est réciproque (chacun apprend la langue de l'autre, chacun cherche à comprendre l'autre). Ils s'exposent "mutuellement" - comme l'écrit à juste titre Marc Crépon. Cette position de l'hospitalité courante, réalisable, est différente du concept d'"hospitalité inconditionnelle" (c'est un concept, ce n'est pas une règle de conduite pratique). Ce dernier exclut toute symétrie. L'arrivant absolu n'a pas de comptes à rendre à l'hôte, et l'hôte renonce à sa "propre" loi devant l'autre. Entre eux, il n'y a ni échange, ni endettement. Comme le dit Crépon, l'hôte accepte "le risque majeur de voir se déplacer (...), dans l'accueil de la parole, (...) toutes les frontières qui limitent et ordonnent leur existence" - mais il ne demande pas à l'étranger d'en faire autant.

Pour suivre Jacques Derrida, il faudrait donc écrire : La loi de l'hospitalité, inconditionnelle, exige une exposition de l'hôte à l'étranger, même si ce dernier ne s'expose pas.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Crepon
CreponHospi

EE.LEE

DerridaHospitalite

FU.LFU

UHospitalite

Rang = NHospitalite
Genre = MK - NG