Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Assimilation ou hospitalité?                     Assimilation ou hospitalité?
Sources (*) : Derrida, l'hospitalité               Derrida, l'hospitalité
Marc Crépon - "Les promesses du langage - Benjamin, Rosenzweig, Heidegger", Ed : Vrin, 2001, p213

 

-

Marc Crépon

[A l'assimilation - une notion unitaire et identitaire de la culture, il faut substituer l'hospitalité : exposition et traduction, aux rivages des langues et des empires]

Marc Crépon
   
   
   
Un autre principe de tolérance Un autre principe de tolérance
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Il y a différentes sortes d'assimilation. Elle peut être volontaire, acceptée, désirée, mais aussi imposée ou contrainte par des institutions comme l'école ou les services sociaux. Dans tous les cas, la notion présuppose une certaine conception de la culture, et aussi de la langue et des moeurs. Le pays d'"accueil" impose une langue codifiée, réglementée, dont toute transformation est vécue comme une menace. Cette langue doit être protégée de celle dont les arrivants sont porteurs. Ceux-ci doivent se fondre dans un tout, sans que rien ne subsiste de leur culture passée. L'étranger ne peut plus prendre la parole; il doit proclamer haut et fort l'effacement complet de son extériorité.

Avec le concept d'hospitalité, on renonce à l'unité de la culture et l'on se tourne vers les rivages. Souvent, le rivage n'est que la bordure de l'empire, le rempart d'une forteresse politique et culturelle, un lieu où s'expose la force d'attraction de la langue, où l'autorité fait sa police. Le penser en termes de traduction, c'est battre en brèche le mythe de l'unité originelle des cultures. Dans la traduction, chaque langue s'expose. L'original se modifie, et la langue d'accueil s'élargit. Toutes deux mettent en évidence leur apparentement profond : une unité qui n'est pas orientée vers le passé, mais vers l'avenir (messianisme).

La culture n'est pas un bien propre qui exprime l'identité d'une communauté. Son identité est factice. C'est celle de tous et de personne, car nous sommes toujours plus métissés que nous ne le pensons. Investie par l'hospitalité, elle devient une puissance de décentrement, et dans ce mouvement de différenciation, elle permet à chaque culture de retrouver, en elle, toutes les autres. Aucune identité culturelle n'est réductible à une autre. Cela vaut pour la société, mais aussi pour la philosophie.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Tout discours sur l'identité culturelle qui se présente comme un tout organisé autour de la langue, n'a d'autre fin que de masquer son caractère inappropriable

-

La culture transforme les idiomes singuliers en idiome commun; en devenant publique, elle se fait l'instrument du partage et de la désappropriation

-

L'exercice de l'hospitalité suppose une exposition mutuelle de l'hôte et de l'étranger - mais la loi de l'hospitalité, inconditionnelle, ne l'exige que de l'hôte

-

L'essence des identités culturelles, c'est que chacune est une figure singulière de l'hospitalité, à aucune autre réductible

-

En inventant une autre langue, la philosophie soutient une promesse : déjouer toute appropriation, ne se laisser assimiler par aucune culture, provoquer les passages et les traductions

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Crepon
CreponHospi

AA.BBB

DerridaHospitalite

WD.LDD

CreponParcours

GM.LDD

ToleranceHospi

OE.LEO

KH_CreponHospi

Rang = Qassimilation
Genre = -