Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Benjamin, l'aura                     Benjamin, l'aura
Sources (*) : Chaque instant ouvre l'histoire               Chaque instant ouvre l'histoire
Stéphane Mosès - "L'Ange de l'histoire, Rosenzweig, Benjamin, Scholem", Ed : Gallimard, 1992, p160

 

Illustration d'Alexandre Ale xeieff -

L'aura est l'expérience fulgurante du surgissement de l'immémorial - comme une étoile filante dans la constellation du monde intelligible

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dès l'étude sur les Affinités Electives de Goethe (1922), Benjamin introduit le thème de l'étoile filante. C'est elle qui passe au-dessus de la tête des amants, et promet la Rédemption - seule lueur d'espoir qui transcende l'obscure fatalité des passions. Dans L'Origine du drame baroque allemand (1923-25, paru en 1928), il utilise à nouveau le langage de la métaphorique des astres. Les phénomènes (étoiles) se présentent de manière dispersée ou décomposée. Ils se regroupent en configurations ou constellations qui sont des idées (au sens platonicien), et aussi un rappel des noms adamiques, cette langue de vérité dépourvue de sens évoquée dans l'essai sur Sur le langage en général et sur le langage humain (1916), qui désigne l'horizon inéluctable de notre destin. En-deça de nous-mêmes, un donné immémorial peut toujours surgir de nouveau. Comme il l'explique encore dans son dernier essai, Sur quelques thèmes baudelairiens (1939), l'étoile filante est le symbole du voeu exaucé (bonheur originel, premier bonheur, bonheur inouï). Elle nous éblouit, nous illumine dans une fulgurance où l'actuel rejoint le passé le plus lointain, où l'espérance la plus ancienne s'incarne dans l'instant présent.

 

 

Telle est l'expérience de l'aura, décrite dans l'essai de 1936, L'Oeuvre d'art à l'époque de sa reproduction mécanisée. "L'aura se donne à nous comme le rayonnement de l'originel, de même que la lumière d'une étoile nous révèle l'éclat d'un astre depuis longtemps disparu" (citation de Stéphane Mosès).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Moses_Stephane
BenAura

CE.LCE

MosesHistoire

GH.LHG

Uaura

Rang = OAura
Genre = MK - NG