Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Wittgenstein, critères de vérité                     Wittgenstein, critères de vérité
Sources (*) :              
Stanley Cavell - "Les Voix de la raison - Wittgenstein, le scepticisme, la moralité et la tragédie", Ed : Seuil, 1996, p45

 

Personnages de la bible d'Otthenheim (15e-16es) -

Ce qui pousse Wittgenstein à la philosophie, ce qui l'étonne, est le fait nu que certaines créatures soient douées de parole, qu'elles puissent seulement dire quelque chose

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Bien que l'oeuvre de Wittgenstein soit soigneusement écrite, et non pas faite pour être prononcée, sa manière philosophique est, plus que toute autre, attentive à la voix humaine. Selon lui, toute conjecture, toute conviction ou affirmation quelconque dépend d'un arrière-plan de nécessités ou d'accords énoncés par une créature capable de juger. Ce qu'il appelle un jugement n'est pas un énoncé comme les autres. C'est un énoncé véridique, basé sur des critères qui lui sont antérieurs, par lequel le locuteur pourra caractériser le monde et produire des connaissances. Ces critères ne sont pas imposés par une autorité extérieure. Ce sont toujours "les nôtres" - c'est-à-dire ceux du groupe humain dont est membre le locuteur. Pourquoi les critères de l'individu sont-ils aussi ceux du groupe? Parce que parler, c'est aussi parler au nom de ceux avec lesquels on a accepté de s'associer (au sens du contrat social de Rousseau). Parler, c'est parler dans le même esprit que ceux de la communauté à laquelle on appartient. Dans ma propre voix, les autres sont inclus, et lorsque la communauté s'exprime, elle parle en mon nom. Il en est ainsi lorsque nous partageons une langue maternelle. Soit je parle en mon nom propre avec le consentement des autres; soit je n'ai rien à dire, je suis sans-voix.

Certes, un groupe peut toujours refuser les critères d'un individu (Un être humain peut être une énigme complète pour un autre), mais Wittgenstein s'en soucie peu. Sous cet angle, il est dogmatique. La seule source de confirmation, c'est le lecteur. S'il est en désaccord, le désaccord sera insurmontable. Ce sera une tragédie. L'auteur ne pourra pas corriger son énoncé, il ne pourra que le retirer.

 

 

Pour poursuivre ma conviction, je n'ai rien de plus à ma disposition que ma conviction. Le fait est que, pour l'essentiel, le lecteur [celui qui appartient, comme moi, à la communauté de langage] la tient aussi pour vraie. Nous partageons la conscience d'un même secret. Ma recherche de critères de vérité est aussi une recherche de commaunauté. C'est surprenant, mais c'est ainsi : personne n'a pu établir des critères grammaticaux tout seul.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Cavell
VeriteWittgenstein

DE.LDE

WWittgensteinSurprise

Rang = SWittgensteinparole
Genre = MR - IB