Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Descartes, le cogito                     Derrida, Descartes, le cogito
Sources (*) : Derrida, l'indéconstructible               Derrida, l'indéconstructible
Jacques Derrida - "L'écriture et la différence", Ed : Seuil, 1967, pp84-85

 

Absence d'oeuvre (Manuelle Astorba, 2010) -

Derrida, auto - affection

La folie, cette "absence d'oeuvre", est la part de silence irréductible contre laquelle le langage peut surgir - et il ne peut surgir, par essence, que contre elle

Derrida, auto - affection
   
   
   
Derrida, le langage Derrida, le langage
Derrida, la folie               Derrida, la folie  
Une oeuvre sans autorité                     Une oeuvre sans autorité    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

C'est Michel Foucault qui définit paradoxalement la folie par l'"absence d'oeuvre". Il la compare à l'exemple canonique de la phrase paradoxale : "Je mens". Quand le fou parle, il dit quelque chose comme "Je délire". Comment peut-on délirer et, dans le même temps, dire de soi-même : Je délire? Comment peut-on fixer les règles de son propre langage au moment même où l'on parle? Ce qui caractérise la folie, c'est qu'elle ne suit pas les mêmes règles pré-établies du langage que le discours courant. Le fou a la capacité de parler une langue dont il définit en même temps lui-même les règles. Du point de vue du discours, il ne dit rien, c'est pure vacuité (absence d'oeuvre). Et pourtant cette "absence" donne l'essence même du langage dans le temps où il émerge.

A la suite de Foucault, Jacques Derrida reprend cette formule à propos du "Je suis" cartésien. D'un côté le Cogito est oeuvre [au sens de Foucault] dès qu'il se rassure dans son dire (p92), [c'est-à-dire dès qu'il se met du côté de la raison ou du discours normal]. Mais il est aussi du côté de la folie (l'absence d'oeuvre). Comme le fou, il édicte ses propres règles, ce qui n'est pas sans risque. C'est pourquoi la terreur d'être fou ne cesse de le hanter.

Pour ouvrir l'histoire, la parole, pour faire émerger le langage, il faut un coup de force. C'est Foucault qui utilise ce terme, coup de force, pour désigner l'acte accompli par Descartes à l'égard de la folie : l'exclusion. Selon Derrida, la folie n'est pas exclue. Elle est le fond sur lequel se détache la forme du langage, elle est l'adversaire contre lequel le discours doit trouver une assurance [Dieu chez Descartes, la confiance chez Derrida]. L'essence du langage, c'est de rompre avec la folie tout en se mesurant avec elle, tout près d'elle.

 

 

On trouve dans l'"absence d'oeuvre" la même tension que dans le concept d'"oeuvre d'art" [comme si l'un était le négatif de l'autre]. Ici, implicitement, l'oeuvre [d'art] est assimilée au discours normal; mais une oeuvre [d'art] qui ne serait que discours (qui n'aurait pas rapport à l'absence], ce ne serait pas une oeuvre. C'est ce qui ouvre la possibilité d'une "absence d'oeuvre" qui soit quand même une oeuvre (Artaud, Raymond Roussel).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDescartes

FJ.LJF

DerridaIndeconstructible

FK.LLF

DerridaAutoAffection

DT.LDD

DerridaLangage

HD.LHD

DerridaFolie

DJ.LJD

ArchiOeuvreAutorite

OF.LOF

VDescartesOeuvreFolie

Rang = MFolieLangage
Genre = DET - DET