Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La culture entre Eros et Thanatos                     La culture entre Eros et Thanatos
Sources (*) :              
Sigmund Freud - "Oeuvres complètes de Freud, 1926-1930 (tome XVIII)", Ed : PUF, 1994, p306

 

Azazel et le bouc emissaire - Dictionnaire infernal de Collin de Plancy (1825) -

Le diable est le meilleur expédient pour excuser Dieu; son rôle de délestage est le même que celui du Juif dans le monde aryen

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Il n'est pas facile d'accepter l'hypothèse de la pulsion de mort. On constate la soif de destruction des humains, leur capacité de haine, d'agression, d'exploitation d'autrui et de meurtre, on ne peut pas nier l'existence de la cruauté et du mal. Mais plutôt que de prendre en considération cette tendance pourtant universelle, on cherche à en purifier Dieu, supposé bon et tout-puissant. Les chrétiens l'attribuent au diable, et les idéalistes aryens aux juifs.

En déclarant que l'homme (comme Dieu) est un être moral, on gagne la faveur générale, mais on renonce à expliquer les faits.

-------

En commentant ce passage (in Mal d'Archive p28), Jacques Derrida fait remarquer que dans l'idéal aryen, le Juif est ce qui justifie la ruine [l'auto-destruction par la pulsion de mort]. On peut comparer ce fonctionnement à celui de l'archive : capitaliser sur le Juif, délester sur lui la mémoire du mal, justifie l'oubli.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Freud
FreudMortVie

VE.LEV

XDiable

Rang = VDiableJuifs
Genre = MR - IB