Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le sujet profère "Je suis" par la bouche                     Le sujet profère "Je suis" par la bouche
Sources (*) : Un sujet jamais n'est présent               Un sujet jamais n'est présent
Jean-Luc Nancy - "Ego Sum", Ed : Aubier-Flammarion, 1979, p33

 

Lord Tennyson (Julia Margaret Cameron, 1865) -

L'instauration cartésienne du Sujet nous précipite d'un seul coup à l'extrême bord du discours : il s'épuise instantanément, par la nécessité de sa propre structure

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

La grande majorité des discours modernes s'articule autour de la certitude. Un sujet de la représentation est à l'oeuvre. Même quand il est décrit comme fantasme ou illusion de la présence à soi, même s'il est déclaré n'être qu'un simple effet ou analysé comme sujet-inconscient, -histoire, -langue, -machine, -texte, -corps, -désir ou autre, même quand on remplace "je pense" par "ça pense" (préservant la place grammaticale du sujet), même s'il n'est jamais question de sujet au sens classique (conscient, créateur ou maître), ces discours s'appuient sur le statut du sujet, une instance à partir de laquelle ses figures sont assignées ou identifiées. Il implique une appropriation représentative de la chose, une présentation de la vérité. En déclarant que La vérité se manifeste elle-même, Spinoza y avait coupé court, mais cette formule est restée étrangère au monde moderne.

Partout, une cohorte de sujets nous précède (figure, geste, cri ou signifiant). Nous en usons vite la nouveauté. Pourtant, déjà, dès la pensée de Descartes, la métaphysique du Sujet avait déjà commencé de finir. Dès son érection, dès son inauguration, la substance du sujet s'est effondrée.

 

 

Par son immédiateté, sa "patéfaction" que nièrent tous les philosophes qui se sont succédés depuis lors, le cogito de Descartes déborde et a toujours débordé la totalité de ce que l'on peut penser (Derrida). En lui, par l'excès et l'hyperbole, le sens et le non-sens se rejoignent, et aussi la raison et la folie.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Nancy
DescartesJeSuis

ED.LED

ProSujet

JS.LSS

USujetCartesien

Rang = QDescartes
Genre = MR - NP