Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Deux genres de morale                     Deux genres de morale
Sources (*) : "Care", justice, politique               "Care", justice, politique
Carol Gilligan - "Une voix différente, Pour une éthique du "care"", Ed : Champs, 2008, pXIX - Préface de Sandra Laugier et Patricia Paperman

 

Allegorie de la justice (Lucas Cranach le Vieux, 1537) -

Un "care" sans juste mesure

L'éthique du "care" n'est pas en compétition avec la justice : elle veut "plus" que la justice, une justice redéfinie dont le "care" est le centre

Un "care" sans juste mesure
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans le livre de Carol Gilligan, la "voix différente" à partir de laquelle l'éthique du "care" est construite est féminine. Cela a souvent été interprété comme un "essentialisme" - comme si les femmes étaient vouées "par essence" aux fonctions sociales qui leur sont prescrites. Mais si l'on renonce à cette dernière hypothèse, si l'on dissocie le "care" de la revendication féministe, alors on note que l'éthique du "care" présuppose, elle aussi, la justice. On ne peut pas prendre soin de quelqu'un en agissant injustement à son égard. Le "care" requiert la justice, tandis que la justice est inapte à elle seule à saisir certaines préoccupations morales.

Mais on tombe sur une autre objection. Faire attention aux détails de la vie des personnes, à leur vulnérabilité ou leurs besoins spécifiques, les exprimer par la narration et l'image, faire preuve de sollicitude, de compassion et de bienveillance, inventer des réponses non reproductibles, adaptées à chaque cas, cela n'est-il qu'un supplément d'âme qui vient s'ajouter à la conception traditionnelle des droits individuels et d'une justice impartiale? Non, car l'éthique du "care" présuppose une nouvelle définition de la justice. Elle exige le respect des autres non pas dans l'abstraction, mais dans leurs propres termes. Le "care" ne se situe plus alors à la périphérie de la justice sociale, mais en son centre. La question de savoir pourquoi ce sont traditionnellement les femmes qui ont exercé le type de fonction associées au "care" revient, mais dans le champ politique.

Annette Baier a intitulé un de ses articles (paru en français dans "Repenser la politique") "Le besoin de plus que de la justice". Pourquoi est-ce que ce sont précisément les groupes qui ont subi, de longue date, les plus grandes injustices (les Noirs et les femmes), qui défient la primauté de la justice dans la société libérale? Parce que la justice ne peut se révéler que si d'autres "vertus" s'ajoutent à elle.

 

 

A la justice doit s'ajouter tout ce qu'on regroupe sous le nom de "care" : plus de chaleur, plus de communauté, plus d'attention personnelle aux autres; bref, un supplément d'humanité.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Gilligan
MoraleDouble

GK.LKD

CareJustice

HD.LHD

CareMesure

EK.LEK

UCare

Rang = QCare
Genre = MR - IB