Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'humain est parole et action                     L'humain est parole et action
Sources (*) :              
Hannah Arendt - "Condition de l'homme moderne", Ed : Calmann-Lévy, 1961, p267

 

Chefs arabes en conciliabule (Horace Vernet, 1834) -

Seules les activités du domaine public, qui épuisent leur signification dans l'action (energeia) et ne laissent pas d'oeuvre (erga), font pleinement exister l'humain

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Hannah Arendt appelle "espace de l'apparence" celui où les hommes s'assemblent dans la parole et l'action - avant même toute constitution ou forme de gouvernement. Cet espace ne survit pas à l'actualité du moment qui l'a fait naître; dès que ces activités s'arrêtent, il disparaît. Partout où les hommes s'assemblent, il reste "en puissance". C'est cette puissance, ou "energeia", qui se déploie dans le domaine public. Elle ne repose sur rien d'autre que des paroles capables d'établir des relations ou de créer des réalités nouvelles. Bien qu'elle dépende de l'accord incertain et temporaire d'un grand nombre de volontés, bien qu'elle soit plurielle et bornée par l'autre, elle est illimitée - alors que la force et la violence sont limitées. La tyrannie peut l'empêcher de se développer; elle ne peut pas lui faire perdre son caractère potentiel. Mais l'organisation et la cohésion peuvent la préserver.

L'"espace de l'apparence" n'est pas mesurable, comme le serait une énergie ou une force. Il existe en acte, indépendamment des facteurs matériels. En préservant l'artifice humain, la possibilité du renouveau dont chaque homme est capable, il élève l'action au premier rang de de qu'Hannah Arendt appelle la Vita activa.

 

 

Le mot grec energeia signifie force en action, vivacité du discours. Il désigne le pouvoir dynamique qui peut motiver l’auditeur ou le lecteur à l’action. Dans sa Rhétorique, Aristote fait remarquer qu'Homère emploie une grande quantité de métaphores où les choses inanimées s’expriment comme si elles étaient douées de facultés humaines. Ce sont ces métaphores qui ont permis à l'Illiade et l’Odyssée de traverser le temps et de marquer à jamais l’histoire de la littérature.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Arendt
ArendtParole

GE.LGE

VEnergeia

Rang = QPublic
Genre = MR - IB