Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'humain est parole et action                     L'humain est parole et action
Sources (*) : Technique calculable, incalculable               Technique calculable, incalculable
Hannah Arendt - "Condition de l'homme moderne", Ed : Calmann-Lévy, 1961, pp302-4

 

Statue africaine -

Pour remédier à l'irréversibilité de l'action humaine, les générations nouvelles ont la faculté de pardonner - seule façon de défaire ce qui a été fait

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Par son action [par exemple le nucléaire], l'homme du 20ème siècle est capable de déclencher des processus incontrôlables et irréversibles dont les conséquences [par exemple sur le climat] sont impossibles à connaître et à contrôler. Comment remédier à cela? Une rédemption est-elle possible? Pour s'engager sur un autre chemin par d'autres actions, les générations suivantes ont la faculté de pardonner. Ainsi les actes du passé peuvent-ils être suspendus. Il devient possible de briser le charme qui nous lie aux décisions passées.

On trouve le pardon dans différentes traditions : le christianisme, le principe romain d'épargner les vaincus ou le droit du souverain de commuer la peine de mort. Nul ne peut se pardonner à soi-même, dit-on. C'est un échange entre les hommes, une reconnaissance de la pluralité et de la présence d'autrui.

Le pardon est toujours une affaire personnelle. Hannah Arendt écrit : "On pardonne ce qui a été commis par égard pour celui qui l'a commis". Accueillir le "qui" suppose soit l'amour, soit le respect : une considération pour la personne à travers la distance qui nous en sépare, et qui ne dépend ni de l'admiration, ni de ses oeuvres. Enfermés en nous-mêmes, nous ne pourrions pardonner le moindre manquement.

 

 

Alors que la vengeance ne met pas fin aux conséquences de la première faute, le pardon casse les automatismes et permet à la vie de continuer. Etant lui-même imprévisible et inconditionné, il est la condition pour que les hommes puissent prendre un nouveau départ, faire du neuf. Déliés de ce qu'ils ont fait (souvent à leur insu), ils réagiront librement, ouvrant une autre porte à l'inattendu.

-------

Le corrélat de cette faculté, qu'Hannah Arendt ne désigne pas, est la réparation.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Arendt
ArendtParole

ID.KLL

TechniqueIncalculable

IN.LIN

UAction

Rang = OActionHumaine
Genre = MR - IB