Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Penser à partir du "care"                     Penser à partir du "care"
Sources (*) :              
Liliane Hermenault - "Le sens de l'affect", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 1er avril 2011

 

-

[On peut, à partir du "care", repenser les frontières du juste, du genre, du travail et du corps]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

En écrivant Une voix différente (un texte publié en 1980 dans sa version originale), Carole Gilligan était sans doute animée par le souci de restaurer un certain équilibre entre hommes et femmes. Selon elle, les femmes ont tendance à privilégier la responsabilité à l'égard d'autrui par rapport à l’autonomie individuelle, qui serait plutôt la priorité que s’accordent les hommes. Ce choix ne tient pas de leur part à une défaillance ni à une incapacité à considérer les droits des uns et des autres de manière abstraite ou impartiale, mais à une tendance, tenant notamment à leur éducation, à privilégier l’attention à l'autre. Elles tendent ainsi à développer une autre morale, ni supérieure ni inférieure à la morale dominante, mais distincte. Ce comportement n'a rien d'obscur ni de mystérieux, comme le prétendent ceux qui ont du mal à en comprendre la logique [généralement des hommes], il repose sur une perception d’autrui fondée sur la continuité, plus que sur la séparation.

Alors que la théorie du « care » semblait au départ circonscrite à la philosophie morale ou à la psychologie du développement moral développée aux Etats-Unis par Lawrence Kohlberg, elle a rapidement donné lieu à de nombreuses analyses et commentaires touchant, entre autres, à la théorie de la justice (Annette Baier), à la répartition des tâches dans la société (Joan Tronto), ou au contrat social et sexuel (Carol Pateman). La portée du livre de Carole Gilligan s’est ainsi élargie. On peut dire qu’il se situe aujourd’hui au carrefour de différentes traditions de pensée, qui appartiennent à des champs diversifiées (sociologie, histoire, droit, philosophie) auxquelles l'auteure n'aurait certainement pas songé au départ.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[A partir de Carol Gilligan]

-

Une voix différente, Pour une éthique du "care" (Carol Gilligan, paru en 1982, édition française de 2008) [UVD]

-

[Ce qui, longtemps, a rendu le développement féminin obscur et entouré de mystère, est l'importance pour elle du souci de l'autre ("care")]

-

[Femmes et hommes posent différemment le problème moral : les unes privilégient les responsabilités à l'égard d'autrui ("care"); les autres les droits de chacun ("justice")]

-

[Il faut politiser le "care" pour l'émanciper du processus vital]

-

[Il faut prendre en considération le "care" en préservant l'étrangeté de l'autre, par-delà ce qui peut satisfaire ses besoins]

-

[Comme l'hymen, le "care" n'est pas propre au féminin : il vient "avant" le féminin, comme il vient "avant" le juste, la loi ou la morale]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Liliane
CareFrontieres

AA.BBB

JF_CareFrontieres

Rang = QACare
Genre = -